Politique

Le chef de la diplomatie européenne à Tripoli pour parler coopération UE-Libye

La cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini s'entretient avec le chef du gouvernement libyen d'union nationale Fayez al-Sarraj (à droite), le 14 juillet 2018 à Tripoli © Stringer/AFP.

Le chef de la diplomatie européenne a eu samedi des entretiens en Libye sur les migrations et la coopération à l'occasion d'une visite pour inaugurer les locaux de la délégation de l'UE et de la mission d'assistance et de surveillance des frontières (EUBAM).

Federica Mogherini a rencontré à Tripoli le chef du gouvernement d’union nationale (GNA) Fayez al-Sarraj, qui a salué dans un communiqué la « première visite en Libye » de la responsable européenne.

La Libye est toujours plongée dans le chaos sept ans après la révolte armée et l’intervention occidentale qui ont conduit à la chute de Mouammar Kadhafi en 2011.

L’Union européenne (UE) est le premier soutien humanitaire de la Libye et notamment des programmes de l’ONU dans ce pays, ainsi que son principal partenaire économique.

Une présence plus régulière de l’UE

Avec l’ouverture des locaux de la délégation européenne dans la capitale libyenne, « notre présence ici sera désormais plus régulière », a déclaré Mme Mogherini devant des journalistes.

La Libye un voisin proche et un pays ami

« Nous avons discuté du soutien que fournit l’Union européenne à la Libye et au peuple libyen », a déclaré Mme Mogherini après ses entretiens avec Mr Sarraj qu’elle a qualifiés d' »excellents ».

« Pour l’Union européenne, la Libye est un voisin proche et un pays ami, et la poursuite de notre soutien aux Libyens va encore se renforcer dans les prochains mois », a-t-elle ajouté.

Préparation des élections

La responsable européenne a réaffirmé le soutien de l’UE au processus politique en Libye, dans le cadre fourni par l’ONU, y compris la préparation d’élections.

Selon un communiqué de l’UE sur la visite, « de nouvelles initiatives ont été discutées dans le secteur de la santé, de l’éducation, des médias, de la jeunesse, du soutien aux municipalités, de la gouvernance et de la sécurité ».

D’après le GNA, le gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale, les entretiens ont aussi porté sur l’aide de l’UE à la formation des garde-côtes libyens et à la sécurisation des frontières sud de la Libye.


>>> À lire : Libye : paradis du trafic d’armes


Federica Mogherini a discuté avec M. Sarraj « de la formation par l’UE des gardes-côtes libyens et de la coopération à travers l’EUBAM pour aider les autorités à gérer les frontières terrestres, particulièrement dans le sud », selon l’UE.

Sa visite intervient quelques jours après celle du président du Parlement européen, Antonio Tajani.

M. Tajani avait indiqué lundi à Tripoli avoir discuté avec M. Sarraj de l’importance de surveiller les frontières sud de la Libye en vue de limiter les flux de migrants qui arrivent dans ce pays dans le but d’effectuer la traversée périlleuse de la Méditerranée.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte