Société

Twitter : pourquoi Kagame, Obama, le pape François et d’autres ont perdu des followers

Au siège de Twitter, le 25 décembre 2013. © Flickr/Scott Beale/CC

Twitter a lancé mercredi une grande purge de followers suspects. Plusieurs comptes populaires sont touchés, dont des présidents et des stars du internationales. Mais pas seulement.

C’est une opération inédite sur le réseau social au petit oiseau bleu. Le mercredi 11 juillet, Twitter a annoncé le début de la chasse aux comptes suspects sur sa plateforme. Objectif : « renforcer la confiance » concernant le nombre d’abonnés qui s’affiche sur chaque profil d’utilisateurs.

Concrètement, Twitter a décidé de supprimer des « comptes verrouillés », c’est-à-dire ceux qui se sont distingués par des « changements soudains » : le fait de troller, de partager des liens trompeurs, d’être plusieurs fois bloqué par d’autres utilisateurs, d’avoir le même mot de passe et adresse mail que sur d’autres services en ligne…

Même le pape est touché

Après le déclenchement de la purge par Twitter, plusieurs comptes de leaders mondiaux ont été touchés. Le président américain, Donald Trump, très actif sur le réseau social, s’est réveillé le jeudi 12 juillet avec près de 350 000 followers en moins. Idem pour son prédécesseur Barack Obama qui en a perdu près 3 millions, passant de 104 à 101 millions en vingt-heures ! Même le pape François n’a pas été épargné : quelque 100 000 abonnés ont été retirés du compte @Pontifex.

Sur le continent, Paul Kagame s’est lui retrouvé subitement sur la troisième marche du podium des chefs d’État africains les plus suivis sur Twitter. Jusqu’à mercredi 11 juillet pourtant, le président rwandais occupait la deuxième place de ce classement, avec ses 1,8 millions d’abonnés, derrière son homologue kényan Uhuru Kenyatta (3,2 millions). Mais en un jour, le dirigeant le plus interactif de la planète a en effet perdu un tiers de ses abonnés. Il est désormais devancé par le Nigérian Muhammadu Buhari (1,5 million).

Katumbi reprend la main sur Twitter

Jusqu’ici personnalité politique de RDC la plus suivie sur Twitter, Francine Muyumba a également été évincée. Après sa réélection controversée à la tête de l’Union panafricaine de la jeunesse – rejetée le 19 janvier par la Commission de l’Union africaine -, cette jeune femme, proche de la famille présidentielle, qui comptait plus de 1,2 million de followers, n’est plus suivie que par quelque 281 000 abonnés. « Essentiellement des jeunes d’Afrique », souligne-t-on dans son entourage.

Qu’à cela ne tienne, sur le terrain politique, Francine Muyumba se maintient à la troisième marche du podium de popularité sur Twitter, derrière l’opposant en exil Moïse Katumbi (448 000 abonnés) et son directeur de cabinet, Olivier Kamitatu (294 000).

Twitter précise toutefois que l’opération de nettoyage en cours se poursuivra encore quelques jours. Des évolutions dans le nombre d’abonnés des uns et des autres ne sont donc pas exclues.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte