Économie

Bolloré à Lomé, « l’ami des bons et des mauvais jours »

L’inauguration du 3e quai du Port autonome de Lomé a eu lieu le 14 octobre, en présence de Vincent Bolloré. L’homme d’affaires français, dont le groupe détient la concession du terminal à conteneurs du PAL, a voulu rassurer ses interlocuteurs sur la poursuite des projets ouest-africains de Bolloré Africa Logistics.

Mis à jour le 15 octobre 2014 à 14:58

Mahamadou Issoufou, Vincent Bolloré et Boni Yayi étaient les invités du président togolais. © Charles Placide/Reuters

« Alors qu’Ebola fait fuir certains investisseurs, nous restons », s’est félicité le 14 octobre Vincent Bolloré, patron français du groupe du même nom, qui inaugurait le 3e quai du Port de Lomé. Le Breton, qui aime à se présenter aux Africains comme étant l’ami des bons et des mauvais jours, a profité de la présence des chefs d’États du Bénin et du Niger à cette cérémonie pour rassurer ceux qui craignent que l’épidémie compromette les grands projets en cours.

>>> Lire aussi : Bolloré : comment fait-il pour toujours l’emporter ?

Travaux herculéens

Quoi qu’il en soit, celui du port de Lomé est désormais achevé. Trois ans de travaux herculéens, qui ont nécessité par exemple l’extraction de 2 millions de mètres-cubes de sable et de sédiments ainsi que la mobilisation de centaines d’ouvriers jour et nuit pour la construction d’un mur de quai… Fruit de ces efforts, Lomé bénéficie désormais de 450 mètres de quai supplémentaires (pour un total de 920 mètres) pour un tirant d’eau de 15 mètres de profondeur. Cette extension va à coup sûr augmenter la compétitivité de la principale porte d’entrée commerciale du Togo.

« L’agrandissement de Lomé fait qu’il peut accueillir des navires de plus grande taille. Il répond aux besoins des pays de la région en raison de leur enclavement », a expliqué le Premier ministre togolais Arthème Ahoomey-Zunu.

>>> Voir aussi : Le port de Lomé, à la mesure de ses ambitions

Tripler les volumes portuaires

Bolloré et le gouvernement togolais prévoient de doubler les volumes portuaires en cinq ans et de les tripler en dix ans pour atteindre une capacité de traitement annuel de 1,2 millions de conteneurs. Pour l’heure, le traitement annuel est de l’ordre de 350 000 conteneurs équivalent vingt pieds (EVP). Deux portiques sur les 5 prévus sont déjà installés. Pour faire face à ses besoins en main d’œuvre, Togo Terminal a recruté en 2012 près de 450 collaborateurs togolais.

Avec ce 3e quai, le Port autonome de Lomé devient un outil stratégique pour l’intégration dans la sous région. Le partenariat entre Bolloré et les pays d’Afrique de l’ouest va se poursuivre avec le méga-projet dit de la « boucle ferroviaire ouest africaine ». Il s’agit de 2 800 km de chemin de fer reliant le Togo, le Bénin, le Niger, le Burkina et la Côte d’ivoire.