Économie

Aérien : la compagnie Air Sénégal clouée au sol suite à divers incidents

Les deux appareils de la nouvelle compagnie aérienne sénégalaise ont subi des dégâts, suite à des intempéries pour l’un et à une collision avec des oiseaux pour l’autre. Résultat, Air Sénégal est clouée au sol en attendant les inspections et réparations idoines.

Par
Mis à jour le 11 juillet 2018 à 10:25

Atterrissage du vol inaugural Air Sénégal à Ziguinchor. © Air Sénégal via Twitter

Un des avions d’Air Sénégal SA, la nouvelle compagnie aérienne sénégalaise qui a commencé à voler en mai avec deux ATR 72-600, a subi samedi un « bird strike » (collision avec des oiseaux) au départ de Ziguinchor (sud), selon un communiqué reçu par l’AFP.

« Suite à cet incident, le radôme (bout de la pointe avant d’un avion, NDLR) a été endommagé » mais l’appareil « a pu se poser en toute sécurité » sur l’aéroport international Blaise-Diagne de Diass (AIBD), près de la capitale Dakar, selon la compagnie.

Le respect des « normes de sécurité l’oblige à suspendre ses opérations le temps de procéder à toutes les inspections et réparations nécessaires avant de reprendre ses vols », précise Air Sénégal.

Le 27 juin, l’autre appareil avait « subi des dégâts importants qui le rendent indisponible » à la suite de fortes pluies au Sénégal, accompagnées « des rafales de vent de plus de 90 km/h », avait indiqué la compagnie dans un communiqué.

Ambition régionale

Air Sénégal SA, entièrement détenue par l’État, a débuté ses vols en mai et dessert Ziguinchor, la principale ville de la région touristique de Casamance. L’entreprise a été créée juste après la faillite en avril 2016 de Sénégal Airlines, qui avait elle-même remplacé en 2009 Air Sénégal International, propriété des États sénégalais et marocain.

Le lancement de cette compagnie est un des trois volets d’un plan visant à faire du Sénégal un « hub » aérien régional, avec l’AIBD, inauguré en décembre, et la réhabilitation des aéroports de province, dont les travaux doivent démarrer la semaine prochaine, a annoncé lundi le président Macky Sall.

La remise en état des aéroports de Saint-Louis (nord), Matam (est), Tambacounda, Kédougou (sud-est) et Ziguinchor sur quatre ans doit coûter quelque 150 millions d’euros.