Actualités

Mondial 2018 : le père d’Obi Mikel a été enlevé avant Nigeria-Argentine

Le joueur nigérian Obi Mikel lors du match face à l'Islande, le 22 juin 2018. © Darko Vojinovic/AP/SIPA

John Obi Mikel, le capitaine du Nigeria, a confié au média Kwesé ESPN qu'il n'avait rien révélé à ses coéquipiers avant leur match crucial face à l'Argentine pour ne pas déstabiliser les Super Eagles. Son père a depuis été libéré.

Se qualifier pour un huitième de finale de la Coupe du monde est un rêve pour tout footballeur, mais dans l’esprit du milieu de terrain des Super Eagles John Obi Mikel, cet objectif est sans doute devenu très secondaire avant le match décisif entre l’Argentine et le Nigeria (2-1), finalement perdu par les Africains.

John Obi Mikel a révélé, lundi sur KweséESPN, que son père avait été enlevé alors qu’il se rendait à des obsèques la veille de ce troisième rendez-vous des Super Eagles dans le Mondial 2018 en Russie. L’ancien milieu de Chelsea a préféré ne pas en parler à ses coéquipiers pour ne pas déstabiliser l’équipe. « Je ne savais pas quoi faire mais je ne pouvais pas laisser tomber 180 millions de Nigérians. J’ai été obligé de cacher ça et de représenter mon pays. Je ne voulais pas que ça pose problème au groupe, au coach car c’était un match si important pour tout le monde », a-t-il expliqué.

Un comportement exemplaire, qui n’a pas nui à la vie de son père, finalement sauvé lundi 2 juillet après des échanges de tirs entre la police et les ravisseurs. Ces derniers exigeaient une rançon de 10 millions de Nairas (environ 24 000 euros).

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier