Analyses

Mondial 2018 : la Croatie se qualifie au bout du suspense face au Danemark (1-1, 3-2 t.a.b.)

Le Danois Kjaer à la lutte avec le Croate Rebic, le 1er juillet 2018. © Martin Meissner/AP/SIPA

Les deux équipes européennes n'ont pas réussi à se départager ni dans le temps réglementaire, ni après les prolongations et c'est aux tirs au but que les Croates ont éliminé un Danemark accrocheur.

Un match qui démarre à cent à l’heure aiguise toujours les papilles. Ce huitième de finale opposant la Croatie et le Danemark a commencé directement avec le dessert : deux buts en quatre minutes. Puis, plus rien mis à part de l’ennui jusqu’au bout du temps réglementaire.

Au bout de trente secondes, c’est la spéciale danoise : une longue touche qui s’envole devant le but adverse. À la retombée du ballon, Jörgensen profite d’un cafouillage pour placer un tir du gauche qui trompe Subasic, le portier croate. Le Danemark mène déjà au score (1-0, 1ère). C’était une surprise à la vue de la phase de poules où la Croatie s’était illustrée comme l’une des sélections les plus fortes, notamment en écrasant l’Argentine (3-0). Mais les Scandinaves ne sont restés devant que trois minutes. Le temps pour Rakitic, le milieu de terrain du FC Barcelone, de mettre le feu devant le but danois et de servir involontairement Mandzukic, qui d’une frappe puissante égalise (1-1, 4e).

Encore des prolongations

Ensuite, le calme plat ou presque. Les deux équipes ont bien eu quelques bonnes occasions. Les Croates qui ont semblé pêcher physiquement, auraient pu prendre l’avantage sur les frappes puissantes de Rakitic (28e, 90e). Le Danemark a lui touché la barre transversale sur un centre d’Eriksen à la 42e minute. Mais c’était trop peu pour décoincer la rencontre. On a donc eu le droit à une deuxième prolongation de la journée dans ce Mondial 2018 après la victoire aux tirs au but de la Russie face à l’Espagne. Les Danois, qui ont défendu la majeure partie de la rencontre, étaient plutôt heureux de pousser leur adversaire dans les cordes. Tout le contraire de la Croatie, supérieure techniquement, mais trop usée physiquement pour réussir à déstabiliser les Scandinaves sur des actions construites.

Indécise, la prolongation a failli basculer à la 115e minute. Sur une passe lumineuse de Modric dans le dos de la défense danoise, Rebic s’est présenté seul face à Casper Schmeichel, avant d’être fauché par Jörgensen. L’arbitre siffle un penalty indiscutable, mais Modric rate cette occasion en or en voyant son tir trop mou à ras de terre être stoppé par Schmeichel. C’est donc aux tirs au but que s’est dénoué ce huitième de finale entre Européens et grâce à trois arrêts de Subasic, c’est la Croatie qui a composté son ticket pour les quarts de finale.

Le joueur : Yussuf Poulsen

Sur la feuille de match, les noms danois à consonances scandinaves se ressemblaient tous. Mais, l’un d’entre eux mêlait à son origine nordique un prénom venu du continent africain :  Yussuf Poulsen. Né d’un père tanzanien et d’une mère danoise, l’attaquant du RB Leipzig en Allemagne brille dans ce Mondial 2018. Il était devenu le héros des fans scandinaves en inscrivant le but de la victoire (1-0) face au Pérou le 16 juin. Poulsen n’a que peu connu son géniteur, décédé quand il n’avait que six ans, et a grandi en Europe du Nord, mais avoue volontiers avoir une relation intime avec la Tanzanie. « Mon père m’a donné mon premier contact avec le foot et il jouait lui-même. Il a aussi fait de moi un Poulsen différent des trois ou quatre autres Poulsen qui jouent pour le Danemark », disait t-il en 2015 rapporte The Guardian.

Face à la Croatie, il a été un des rares Danois à mettre un peu de folie dans le camp adverse grâce à ses prises de balles et ses accélérations. Comme à la 59e minute, quand il a repiqué depuis son aile gauche pour s’appuyer sur son coéquipier Cornelius avant de tenter de servir Braithwaite dans la surface de réparation. Mais sa passe fut interceptée de justesse par la défense croate. Il a encore fait mieux à la 71e, en centrant en retrait pour Jörgensen à la suite d’un superbe contrôle en extension, mais la frappe de son coéquipier filait dans les gants du portier croate.

 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier