Analyses

Russie 2018 : « Un succès logique » pour la Tunisie

Fakhreddine Ben Youssef a marqué son premier but en Coupe du monde face au Panama, le 28 juin 2018.

Fakhreddine Ben Youssef a marqué son premier but en Coupe du monde face au Panama, le 28 juin 2018. © Darko Bandic/AP/SIPA

Les Tunisiens ont livré une prestation solide pour battre le Panama jeudi 28 juin (2-1). Leur jeu offensif a charmé Bertrand Marchand, l’ancien sélectionneur des Aigles.

La Tunisie a terminé à la troisième place du groupe G après son succès face au Panama jeudi soir à Saransk (2-1). Bertrand Marchand, l’ancien entraîneur des Aigles de Carthage et de l’Etoile du Sahel a notamment vu une formation nord-africaine convaincante dans son animation offensive.

Jeune Afrique : La Tunisie a-t-elle mérité sa victoire ?

Bertrand Marchand : Oui. Même si elle a connu un début de match assez compliqué. Le but qu’elle a encaissé aurait pu l’atteindre moralement, mais elle a su régir, grâce à une bonne seconde mi-temps. Cette victoire fait du bien à un pays qui attendait cela depuis quarante ans et celle obtenue contre le Mexique (3-1) en 1978 en Argentine. C’est bien, car cela marque l’histoire.

Nabil Maâloul, le sélectionneur de la Tunisie, avait décidé de modifier son onze de départ par rapport à la défaite face à la Belgique (2-5)…

Il y avait eu des critiques assez dures après la Belgique. Il a changé des choses en donnant leur chance à Haddadi, Naguez, Bedoui et Chellaili notamment. Et je trouve que dans son expression offensive, la Tunisie s’est montrée convaincante. Elle a bien combiné, avec des enchaînements, des centres, des débordements et des fixations. Les trois joueurs offensifs, Khazri, Sliti et F. Ben Youssef, ont très bien combiné. Il y a eu des occasions, du mouvement, elle a eu la maîtrise du jeu et une possession plus importante. C’était globalement intéressant à regarder.

La Tunisie est-elle à sa place ?

On savait dès le tirage au sort que ce serait compliqué, avec deux grosses équipes comme la Belgique et l’Angleterre. La Tunisie se classe troisième devant le Panama. La logique sportive est finalement respectée. Les Aigles de Carthage auraient peut-être pu obtenir un point face à l’Angleterre, mais je ne suis pas certain que cela aurait changé quelque chose.

Cette victoire va-t-elle atténuer les tensions autour de la sélection ?

Oui, je pense. J’ai assisté au match dans un restaurant de Tunis, et les gens étaient vraiment heureux. C’est bien d’avoir terminé par ce succès. Lors de cette Coupe du Monde, elle a montré parfois de bonnes choses. Se qualifier pour cette compétition, c’est toujours difficile, car il n’y a que cinq places pour l’Afrique. Maintenant, elle va avoir un objectif, disputer la CAN 2019 au Cameroun.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte

Toute l'actualité de l'Afrique anglophone

Analyse, débats, expertises... Pour comprendre l'Afrique de demain et d'aujourd'hui

arrow icon Découvrir theafricareport.com
Fermer

Je me connecte