Analyses

Mondial 2018 : « Face à l’Argentine, le Nigeria n’a pas pris assez de risques »

Le joueur nigérian Odion Ighalo effrondré après l'élimination du Nigeria face à l'Argentine, le 26 juin 2018. © Ricardo Mazalan/AP/SIPA

Les Super Eagles ont été éliminés du Mondial 2018 par un but dans les dernières minutes de l'Argentine mardi 26 juin (1-2). Le sélectionneur du Bénin, Michel Dussuyer, estime que le Nigeria n’a pas su profiter de ses temps forts.

À cause d’un but de Rojo encaissé à la 87e minute, le Nigeria a laissé échapper face à l’Argentine (1-2) une qualification pour les huitièmes de finale qui lui tendait les bras. Une déception pour Michel Dussuyer, le sélectionneur français du Bénin. En attendant, les Super Eagles rejoignent le Maroc, l’Egypte et la Tunisie, tous éliminés au premier tour.

Jeune Afrique : Prendre un but si tardivement, alors que les portes d’un huitième de finale face à la France étaient ouvertes, c’est forcément frustrant…

Michel Dussuyer : Oui, mais c’est souvent dans les minutes qui précèdent que tout peut se jouer. Trois ou quatre minutes avant le but de Rojo, le Nigeria a une occasion de marquer et de tuer le match. Il ne l’a pas fait et il s’est exposé à des Argentins qui ont joué leur va-tout. Le Nigeria encaisse un but qui résulte d’une petite faute de marquage sur le centre. Mais on est en fin de match, il y a de la fatigue. Et la pression argentine était assez forte. L’Argentine restait sur deux prestations décevantes et était dans l’obligation de gagner pour se qualifier.

Pourtant, le Nigeria ne l’a pas mis sous pression dès le coup d’envoi. Cela vous-a-t-il surpris ?

Un peu. Cela aurait été l’occasion de la faire douter, d’appuyer là où ça fait mal. Or, le Nigeria s’est contenté d’être bien organisé, de tenter de bien défendre, sans prendre trop de risques. Cela m’a un peu étonné. Et cela ne l’a pas empêché d’encaisser un – superbe – but de Messi. En fin de première période, les Nigérians ont pris un peu plus d’initiatives.

Leur deuxième période, au moins jusqu’au but de Rojo, s’est révélée beaucoup plus cohérente…

Le but de Victor Moses sur penalty les a vite relancés. Cela a perturbé les Argentins, qui ont commis beaucoup d’erreurs. Dans l’engagement, dans les duels, le Nigeria s’est imposé. Le problème, c’est qu’il n’a pas su profiter de ses temps forts. On sentait que la défense argentine était parfois friable, qu’elle ne dégageait pas une grande sérénité. Mais on voyait aussi que certains attaquants, dont Musa, étaient carbonisés.

Les Nigérians ont réclamé un second penalty. L’arbitre, après avoir eu recours à l’assistance vidéo, ne l’a pas accordé…

Sa décision est logique. Je suis déçu pour le Nigeria et le football africain que son aventure s’arrête là. Il est passé tout prêt de la qualification. Je pense qu’il aurait pu poser des problèmes à la France, qui n’a pas montré grand-chose, notamment face au Danemark. J’espère sincèrement que le Sénégal se qualifiera…

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier