Économie

Le FMI met en garde l’Algérie au sujet de ses dépenses publiques

| Par Jeune Afrique
Siège du FMI à Washington.

Siège du FMI à Washington. © AFP

Après la visite en Algérie d’une délégation du Fonds monétaire international, une sévère mise en garde a été adressée aux autorités de ce pays.

Les experts du FMI insistent sur la nécessité absolue de mieux maîtriser les dépenses publiques et de freiner le recours aux placements à l’étranger. Faute de quoi l’Algérie ne sera bientôt plus en mesure de régler ses factures d’importations (65,4 milliards de dollars en 2015, contre 55 milliards cette année).

En privé, le Mauritanien Zeine Ould Zeidane, qui conduisait la délégation, ne se montre guère optimiste. « Si le gouvernement ne redresse pas la barre dans un délai de trois ans, le pays ira droit dans le mur », a-t-il confié à un interlocuteur algérien.

Lire aussi : 

Le FMI distingue le modèle de croissance des pays pauvres en ressources naturelles

Conjoncture : l’Afrique qui sourit, celle qui fait la grimace…

Sénégal : le FMI appelle à accélérer les réformes structurelles

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte