Politique

Libye : le maréchal Haftar remet les terminaux pétroliers aux autorités parallèles

Un ouvrrier sur le site pétrolier de Brega, dans l'est de la Libye, en 2011. © Hussein Malla/AP/SIPA

L’homme fort de l’est libyen a annoncé lundi que les installations pétrolières sous contrôle de « l’armée nationale libyenne » seront désormais gérées par les autorités parallèles, basées dans l'Est du pays et hostiles au gouvernement reconnu par la communauté internationale.

Luttes de pouvoir, insécurité chronique… En Libye, deux autorités rivales se disputent le pouvoir : le Gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli et un cabinet parallèle installé dans l’Est et soutenu par l’ANL, une force paramilitaire dirigée par le maréchal Haftar.

« Toutes les installations pétrolières sécurisées par l’ANL sont remises à la Compagnie nationale de pétrole issue du gouvernement provisoire (de l’Est) et présidée par Faraj al-Hassi », a déclaré le général Ahmed al-Mesmari qui lisait une décision du maréchal Haftar.

L’ANL contrôle notamment les quatre terminaux pétroliers du Croissant pétrolier (nord-est), en plus du port de Hariga à Tobrouk, près de la frontière égyptienne. Des sites stratégiques par lesquels l’essentiel du pétrole libyen est acheminé vers l’étranger.

« Les ventes seront très difficiles »

Le général Ahmed al-Mesmari Mesmari, porte-parole de l’ANL, a précisé par ailleurs que les revenus du pétrole seraient désormais gérés par le gouvernement parallèle basé dans l’Est.

« Aucun pétrolier ne sera autorisé à accoster dans les ports de l’Est sans la permission de la NOC » basée à Benghazi, a-t-il dit. Mais il n’a pas précisé si les autorités de l’Est avaient trouvé des acheteurs potentiels.

« Les ventes seront très difficiles », a estimé Jalel Harchaoui, spécialiste de la Libye, en ajoutant cependant que « tout était possible » si des pays qui soutiennent le maréchal Haftar comme les Emirats arabes unis se tiennent à ses côtés.

Et de rappeler le précédent d’avril 2016, lorsque « la Cyrénaïque (région Est) avait tenté de court-circuiter Tripoli et vendre 300 000 barils indépendamment – en vain ». « Le représentant libyen à l’ONU et le Conseil de sécurité avaient fait stopper le cargo », rappelle-t-il.

La reconquête des sites pétroliers

Selon le général Ahmed al-Mesmari, les « groupes armés rivaux sont financés par les revenus du pétrole ». Il fait allusion aux forces d’Ibrahim Jadhran qui ont attaqué le 14 juin les terminaux de Ras Lanouf et d’al-Sedra.

Ces deux principaux sites pétroliers du nord-est libyen ont été reconquis la semaine dernière par les forces du maréchal Haftar.

Ibrahim Jadhran commandait les Gardes des installations pétrolières (GIP) chargés de la sécurité du Croissant pétrolier. Il avait réussi à bloquer les exportations de pétrole de cette région pendant deux ans avant d’en être chassé en 2016 par l’ANL.

Le maréchal Haftar avait remis en 2016 la gestion de ces installations à la NOC basée à Tripoli, après des efforts pour l’unification des deux compagnies.

Jusqu’ici, les installations pétrolières étaient gérées par la NOC basée à Tripoli, dépendante du GNA et présidée par Mustafa Sanallah qui a représenté la Libye la semaine dernière à la réunion de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Des milliards de dollars de pertes

La NOC avait annoncé le 14 juin la suspension de ses opérations dans le Croissant pétrolier en raison des violences et avait mis en garde contre des milliards de dollars de pertes. La production de pétrole, qui était de plus d’un million de barils par jour, a ainsi été réduite de 450.000 b/j.

Dimanche, la NOC de Tripoli avait indiqué avoir dépêché une mission à Ras Lanouf pour évaluer les dégâts et décider d’une reprise des opérations, selon le site de la compagnie.

Pour M. Harchaoui, la décision de Haftar « est une surprise ». « Il y a quelques jours seulement, Haftar tentait de parler comme une figure nationale, soucieuse de respecter son engagement auprès de l’Elysée (à Paris fin mai) en vue d’organiser des élections paisibles d’ici le 10 décembre 2018 ».

Une décision « dangereuse »

« Aujourd’hui, nous assistons à l’inverse. Haftar montre le visage d’un leader qui ne parvient pas à s’imposer comme une réalité politique ou militaire en dehors de la Cyrénaïque, en disant explicitement vouloir briser pour la première fois la centralisation des revenus pétroliers à Tripoli ».

Pour Claudia Gazzini de Crisis Group, « la décision de l’ANL de ne pas remettre à la NOC de Tripoli les terminaux pétroliers clé de la Libye est dangereuse ».

« Elle pourrait relancer la guerre et approfondir les divisions entre l’Est et l’Ouest » de la Libye, a-t-elle souligné.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte