Économie

L’Algérie maintient ses recettes malgré la chute du cours du pétrole

Malgré la chute des cours du pétrole depuis plus d’un trimestre (-26 %), les recettes algériennes provenant de la ventes d’hydrocarbures se sont maintenues. Entre janvier et fin septembre, elles ont rapporté 47,18 milliards de dollars, en légère progression de 0,44 %. L’excédent commercial du pays, en revanche, poursuit sa dégringolade.

Par
Mis à jour le 21 octobre 2014 à 13:10

Vue du siège de l’entreprise publique Sonatrach, acteur de premier plan dans le développement de la filière hydrocarbures en Algérie. DR

Les recettes algériennes tirées des ventes d’hydrocarbures se sont maintenues durant les neuf premiers mois de 2014 malgré la chute des prix du pétrole, a annoncé le lundi 20 octobre l’organisme officiel des statistiques algérien.

Légère hausse

Les hydrocarbures ont généré 47,18 milliards de dollars de janvier à fin septembre 2014 contre 46,97 milliards au cours de la même période l’an dernier, soit une légère hausse de 0,44 %, en dépit de la chute des prix du pétrole enregistrée ces derniers mois, a indiqué le Centre national de l’informatique et des statistiques des Douanes (Cnis).

Lire aussi : 

L’excédent commercial de l’Algérie s’effondre en 2013

L’Algérie prépare un programme d’investissements de 260 milliards de dollars

Le FMI met en garde l’Algérie au sujet de ses dépenses publiques

Hydrocarbures : l’Algérie attribue ses premières concessions d’exploration depuis 2011

Les cours du Brent à Londres ont perdu 26 % depuis la mi-juin. Selon le Cnis, les hydrocarbures continuent de représenter l’essentiel des ventes algériennes à l’étranger, avec 95,83 % du volume total des exportations.

Le pays d’Afrique du Nord, membre de l’OPEP depuis 1969, a néanmoins vu son excédent commercial chuter de 18 % durant la même période, à 5,39 milliards de dollars.

Hors hydrocarbures, les exportations restent faibles, malgré une progression de plus de 31,8 % durant les neuf premiers mois de 2014, à 2,05 milliards de dollars. Les importations sont en hausse de 4,55 %, à 43,83 milliards, a précisé le Cnis.

La Chine demeure le 1er fournisseur d’Alger

Les pays de l’Union européenne (UE) sont restés les principaux partenaires de l’Algérie, représentant 51,35 % de ses importations (22,51 milliards de dollars) et 64 % de ses exportations (31,54 milliards). Les exportations algériennes vers ces pays ont augmenté de 2,7 % durant les neuf premiers de 2014.

Les cinq principaux clients de l’Algérie durant cette période ont été l’Espagne (7,08 milliards de dollars), l’Italie (6,72 milliards), la France (5,06 milliards), la Grande-Bretagne (4,73 milliards) et les Pays-Bas (4,04 milliards). Quant aux fournisseurs, la Chine avec 6,06 mi conserve la première place devant la France (4,95 milliards), suivie de l’Italie (3,86 milliards), de l’Espagne (3,82 milliards) et l’Allemagne (2,83 milliards). La Chine est devenue en 2013 le principal partenaire de l’Algérie, devançant ainsi la France qui avait occupé la tête du classement pendant des années.

(Avec AFP)