Analyses

Mondial 2018 : le Nigeria bat l’Islande (2-0) et revient dans la course à la qualification

Duel musclé entre le Nigérian Obi Mikel et l'Islandais Sigdursson à Volgograd, le 22 juin 2018. © Darko Vojinovic/AP/SIPA

Auteur d'une seconde mi-temps de haut-niveau, le Nigeria a dominé l'Islande grâce à un doublé d'Ahmed Musa. Les Super Eagles du Nigeria ont réagi de belle manière après leur défaite face à la Croatie pour se relancer dans ce Mondial russe.

Le Nigeria est un pays 575 fois plus peuplé que l’Islande, qui ne compte que 333 000 habitants contre environ 190 millions pour le géant d’Afrique de l’Ouest. Un déséquilibre qui pourrait logiquement laisser penser que les Super Eagles comptent plus de joueurs de talents dans leur équipe que les insulaires des mers du Nord. Mais, et c’est la beauté du football, les chiffres sont parfois trompeurs.

Sur le terrain de Volgograd, où le thermomètre affichait 32 degrés à l’entame de cette rencontre cruciale pour les deux formations dans la course à la qualification dans le groupe D, les Nigérians ont signé une première mi-temps extrêmement pauvre offensivement. Les joueurs du sélectionneur allemand Gernot Rohr ont eu largement la possession du ballon (61%) sans tirer une seule fois au but adverse. Une triste première dans ce Mondial 2018. La faute à un degré zéro d’imagination dans la construction du jeu. On a vu plusieurs fois le capitaine Obi Mikel ou Ndidi adresser des centres dans une surface de réparation islandaise désertée par les attaquants nigérians. Pourtant, après leur défaite face à la Croatie (0-2), les Super Eagles avaient l’obligation de gagner.

En fait, le Nigeria a eu pendant 45 minutes l’apparence d’un petit pays de 330 000 habitants, qui compense son manque de talent brut par une organisation bien huilée et une solidarité à toute épreuve. Cela, ce sont les forces de l’Islande, qui s’appuie en plus sur un magnifique meneur de jeu, Sigurdsson, le milieu de terrain d’Everton en Premier League, pour donner un grain de folie à son football rugueux.

Le très grand match d’Ahmed Musa

Ricardo Mazalan/AP/SIPA

C’est l’autre beauté du football : la vérité d’un instant n’est jamais celle du suivant. Dès les premières secondes de la deuxième mi-temps, les Super Eagles ont réagi, sans doute vexés par leur premier acte insipide. Trente secondes de jeu au retour des vestiaires, Etebo frappe plein axe à ras de terre et oblige Halldorsson, le portier islandais, à un premier arrêt. Trois minutes plus tard, sur une contre-attaque supersonique, Victor Moses, la star offensive des Nigérians, centre parfaitement pour Ahmed Musa. Ce dernier contrôle en extension, puis propulse le ballon d’une volée puissante dans les filets islandais (1-0, 48e) ! Un but qui change tout et replace le Nigeria à la deuxième place du groupe D.

Tout était plus facile après ce but libérateur. Galvanisés par le score, les coéquipiers d’Obi Mikel ont passé la vitesse supérieure avec à chaque fois Ahmed Musa à la conclusion des actions. À la 73e minute, l’attaquant natif de la ville de Jos contrôle ballon à l’entrée de la surface de réparation islandaise, avant d’envoyer une frappe pure sur la barre transversale. Une minute plus tard, seconde chance. Lancé en profondeur dans le dos de la défense, Ahmed Musa prend de vitesse Arnasson, dribble le gardien Halldorsson, et pousse le ballon dans le but vide (2-0, 74e). Du grand art, qui fait de Ahmed Musa le troisième meilleur buteur africain en Coupe du monde.

Le penalty raté de l’Islande

En fin de rencontre, la chance s’est même rangée du côte du Nigeria. À la 80e minute, Ebuehi déséquilibre Sigurdsson dans ses seize mètres. Dans un premier temps l’arbitre ne bronche pas, avant de choisir de consulter ses assistants vidéo et d’accorder un penalty à l’Islande. Mais Sigurdsson rate complètement son tir qui s’envole au-dessus de la cage de Uzoho, auteur d’un match impeccable avec notamment une belle parade sur un ultime temps fort islandais à la 87e minute.

Cette belle victoire remet les Nigérians dans la course à la qualification. S’ils gagnent leur dernier match face à l’Argentine, les Super Eagles seront qualifiés. En cas de match nul, tout dépendra de leur différence de but et de celle de l’Islande (si les Islandais battent la Croatie). En revanche, une défaite face aux Argentins éliminerait automatiquement les coéquipiers de Victor Moses. Rendez-vous le 26 juin.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier