Entreprises & marchés

Les partenariats Suisse-Afrique en réflexion à Stein

À Stein, le 22 juin 2018. De g. à d., Thomas Seghezzi (SABC), Khaldoun Dia-Eddine (Université de Zurich), Pierre Cohadon (Syngenta) et Frederick Crawford (Standard Bank). © Christophe Le Bec

Le semencier Syngenta, les laboratoires pharmaceutiques Roche et Novartis, le groupe de médias Ringier... Ces entreprises suisses déjà bien installées sur le continent sont réunies près de Bâle, ce 22 juin, pour aiguiller leurs compatriotes sur les stratégies à adopter pour se lancer sur les marchés africains.

Près de 150 représentants d’entreprises suisses et de gouvernements africains étaient rassemblés ce 22 juin à Stein (près de Bâle) pour la 6e édition de l’African Business Day organisé par le Cercle d’affaires Suisse-Afrique (SABC), fondé en 2010 avec le soutien du gouvernement de Berne.

Organisée au sein du Centre de recherche et développement de Syngenta, le géant helvète des semences agricoles, la manifestation était centrée cette année sur la manière de construire des partenariats efficaces sur le continent, avec les interventions d’universitaires, de banquiers et de dirigeants d’entreprises suisses bien implantés sur le continent, dont ceux de Syngenta, des laboratoires pharmaceutiques Novartis et Roche, de Castel, et du groupe de médias Ringier.

Modèles de partenariats

De nombreux échanges ont pu avoir lieu dans des ateliers, avec la participation notable de plusieurs ambassadeurs et représentants de pays africains en Suisse, dont ceux de l’Afrique du Sud, du Bénin, de Maurice, de la Côte d’Ivoire, la Zambie, l’Ouganda et le Zimbabwe, mais aussi de membres de la diaspora africaine, bien implantée à Genève et Zurich notamment.

Parmi les intervenants, le professeur Khaldoun Dia-Eddine, responsable du centre pour le Moyen-Orient et l’Afrique à l’Université de sciences appliquées de Zurich, a poussé les compagnies helvètes à choisir attentivement leur type de partenariat en étant pragmatiques, en s’appuyant sur les nombreux dispositifs suisses, internationaux et africains disponibles, et en adoptant progressivement une approche opérationnelle, puis tactique, et enfin stratégique.

Le Sud-Africain Frederick Crawford, de Standard Bank, a identifié une série de partenariats réussis – de l’exportation simple jusqu’à la fusion-acquisition – pouvant servir de modèle aux groupes suisses présents. Pierre Cohadon, le patron de la région Afrique-Moyen-Orient de Syngenta, a de son côté mis en avant l’initiative de son entreprise Good Growth Plan, visant la production de semences plus adaptées et productives, le renforcement de capacité des agriculteurs africains et la protection des consommateurs, avec la mise en place de 68 fermes modèles sur le continent, notamment au Maroc et en Côte d’Ivoire.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte