Religion

Maroc : fusion des musiques ancestrales au programme du festival de Fès

Le public du festival de Fès est connu pour son calme, mais les envolées géniales de Songhai ont été accueillies avec chaleur sur cette place de Bab Al Makina le 14 mai 2017. © Omar Chennafi

De l’Afrique soufie au gospel, les savoirs ancestraux sont à l’honneur de la 24 e édition du Festival des musiques sacrées de Fès. Un voyage au cœur des savoirs ancestraux africains, remis au goût du jour.

Fès sera à nouveau en fête du 22 au 29 juin pour célébrer le sacré en musique. Les savoirs ancestraux sont mis à l’honneur pour cette 24e édition, alors que le royaume a entrepris un programme de revalorisation des médinas de Fès, de Rabat et de Marrakech. Cette nouvelle édition fera le lien entre « un héritage artisanal exceptionnel dont la pierre angulaire demeure la spiritualité, et une création contemporaine offrant des perspectives prometteuses », selon les mots d’Abderrafih Zouitene, président de la Fondation.

Les ancêtres à l’honneur

Au programme, une fusion des genres et des savoirs ancestraux au cœur de la cité médiévale. En ouverture, le vocaliste tunisien Dhafer Youssef alliera la modernité au passé avec un mélange de jazz et de musique soufie. Un hommage à l’explorateur Ibn Battouta parti de Fès en 1333 pour parcourir l’Afrique et l’Asie, sera rendu par Jordi Savall.

Le 26 juin, le maître de kora malien Ballaké Sissoko, le maître du oud marocain Driss El Maloumi et le maître de valiha malgache Rajery, de l’ensemble 3MA feront vibrer le  jardin Jnan Sbil .

Place ensuite au voyage en terres soufies avec l’ensemble Mtendeni Maulid de Zanzibar et d’autres artistes venus du Sénégal ou de Haute-Égypte. Musiques de pèlerins, sages et voyageurs d’antan, les chants soufis scanderont l’amour mystique sur la place Bab al Makina.

Voyage des Balkans à l’Afrique du sud en clôture

Le 29, le festival accueillera une touche européenne avec le concert de Goran Bregovic La star rendra hommage à sa ville Sarajevo, la “Jérusalem des Balkans”. Et pour clore les festivités en beauté, l’ensemble sud-africain Soweto Gospel Choir entonnera des chants gospel le 29 juin.

Couronné de succès avec deux Grammy Awards, le groupe reprend aussi bien des classiques du genre tels que Amazing Grace, que le Hallelujah de Leonard Cohen, et fusionne danses zouloues, chant des travailleurs migrants et slogans provocateurs des manifestants.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte