Analyses

Mondial 2018 – Groupe B : le Maroc face au défi ibérique

L'équipe du Maroc avant son premier match au Mondial 2018 face à l'Iran, à Saint-Pétersbourg, en Russie, le 15 juin. © Darko Vojionovic/AP/SIPA

Pour son retour en Coupe du monde après 20 ans d’absence, le Maroc a hérité de l’Espagne, championne du monde en 2010, du Portugal, vainqueur de l’Euro 2016 et de l’Iran, considéré comme la meilleure sélection asiatique...

C’est un classique pour les Lions de l’Atlas. Depuis leur première participation à une Coupe du monde, en 1970 au Mexique, ils y ont toujours croisé une pointure. La RFA en 1970, l’Angleterre en 1986, les Pays-Bas en 1994 et le Brésil en 1998. Cette fois-ci, les Marocains devront affronter l’Espagne, championne du monde du monde en 2010 et d’Europe en 2008 et 2012, et le Portugal, vainqueur de l’Euro 2016. Autrement dit un favori et un outsider pour le titre suprême. Et l’Iran, considéré comme la meilleure sélection asiatique, n’est pas à prendre à la légère. Bref, les coéquipiers de Mehdi Benatia devront se surpasser pour atteindre les huitièmes de finale…

LES ADVERSAIRES

L’avis de Patrick Mboma, ancien international camerounais

« Il y a quelques années, j’aurais dit que ce groupe était trop compliqué. Là, il est juste compliqué. L’Espagne est clairement au-dessus du lot. Mais je pense que le Maroc peut rivaliser avec le Portugal, que je trouve moins impressionnant, même s’il possède avec Cristiano Ronaldo un homme capable de gagner un match à lui tout seul. Et je n’oublie pas que les Portugais ont battu la France en finale de l’Euro 2016 (1-0) alors que Ronaldo était sorti très vite sur blessure. Quant à l’Iran, je le connais moins, mais c’est une sélection régulière dans ses performances. »

L’avis de Claude Le Roy, sélectionneur du Togo

« L’Espagne fait partie selon moi des quatre favoris avec le Brésil, l’Allemagne et l’Espagne.C’est une formidable équipe, très complète, qui joue bien et marque des buts. Le Portugal dépend beaucoup de Ronaldo. Cela reste une adversaire de haut niveau, mais je n’ai pas été très convaincu par ses derniers matches. L’Iran, il faut s’en méfier. C’est bien organisé, discipliné, cohérent, avec une certaine qualité technique. »


>> À lire : Mondial 2018, quelle sélection africaine peut créer la surprise ?


LA SÉLECTION MAROCAINE

L’avis de Patrick Mboma

« Le Maroc a de vraies chances de passer le premier tour. Mais il a presque l’obligation de battre l’Iran pour son premier match. Surtout si dans le même temps, l’Espagne venait à battre les Portugais. Je crois en cette sélection marocaine, car elle se base sur une excellente défense, autour de Benatia, sur une grosse discipline collective, et sur le talent individuel de plusieurs joueurs offensifs, dont Belhanda et Ziyech. Elle manque peut-être un peu de génie créatif. Cette sélection vaut plus pour son collectif que par ses individualités. Hervé Renard a su imprimer sa marque. »

L’avis de Claude Le Roy

« Hervé Renard est un ancien défenseur. Il est donc assez logique qu’il s’appuie sur une bonne base défensive. On l’a vu lors des qualifications. Son système de jeu est efficace : solidité derrière, avec des joueurs capables de se projeter rapidement en contre. Si le Maroc est avant tout une belle machine collective, il dispose également de très bons manieurs de ballons. Cela dit, les Lions manquent un peu d’efficacité offensive, même s’ils ont passé six buts au Mali (6-0) et trois au Gabon (3-0) en qualifications. Je suis convaincu qu’ils peuvent se qualifier. S’ils battent l’Iran et que le Portugal perd face à l’Espagne, le Portugal-Maroc du 20 juin pourrait être décisif. »

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier