Sport

Mondial 2026 : l’heure du vote approche, le Maroc croit en ses chances

© Abdeljalil Bounhar/AP/SIPA

Ce mercredi 13 juin, à la veille du match d’ouverture de la Coupe du Monde 2018 entre la Russie et l’Arabie Saoudite, on saura qui du Maroc ou du trio États-Unis-Canada-Mexique organisera l’édition 2026. Le jeu est serré mais les chances du royaume sont réelles.

Les pessimistes, qui avaient quelques raisons de l’être, ont donc eu tort. Le dossier marocain n’a pas été éliminé avant le vote définitif, qui attribuera la Coupe du Monde 2026 – la première à se jouer à quarante-huit équipes – soit au royaume, soit à la première candidature tripartite de l’histoire du tournoi.

La « Task Force » de la FIFA, après avoir effectué des visites d’inspection dans les pays concernés, a attribué au Maroc la note de 2,7 sur 5 et celle de 4/5 à la partie adverse. Une note inférieure à 2 aurait été synonyme d’élimination.

2026, c’est dans huit ans, et le Maroc a largement le temps de combler le retard

« Ce n’est pas étonnant que la note du Maroc soit plus basse. Au niveau des structures, et notamment des stades, les États-Unis, le Mexique et le Canada sont plus avancés. Mais 2026, c’est dans huit ans, et le Maroc, qui présente un dossier déjà solide, a largement le temps de combler le retard », assure un observateur.

À condition, bien sûr, que le verdict du 13 juin soit favorable aux Maghrébins. Les fédérations affiliées à la FIFA prendront toutes part au vote, à l’exception des quatre concernées.

Le Maroc a également alerté l’instance sur les cas de Porto Rico, de Guam, des Îles Vierges américaines et des Samoa américaines, quatre territoires des États-Unis devant prendre part au vote. Les Nord-africains, dénonçant un conflit d’intérêt, ont demandé que les quatre fédérations concernées ne puissent pas participer au scrutin.

Gianni Infantino, le président de la FIFA, a souhaité que la désignation du pays hôte se fasse non plus dans le secret d’un vote réservé aux seuls membres du Comité exécutif, mais selon un scrutin réservé à toutes les fédérations affiliées. « Pourquoi pas, mais le mieux aurait été de décider d’un vote à bulletin secret, afin d’éviter les différentes pressions », intervient un membre de la Confédération africaine de football (CAF).

Le silence assourdissant de la FIFA 

Nombre d’observateurs accusent la FIFA, ou au moins son président, de favoriser quasiment ouvertement la candidature tripartite. « Quand Donald Trump menace directement les pays qui ne voteraient pas pour elle, l’instance ne bronche pas, alors qu’elle n’hésite jamais à sanctionner les ingérences politiques dans les affaires du football d’un pays », s’étonne ainsi un ancien de la FIFA.

En Afrique, sur les 54 fédérations appelées à voter, seules quelques-unes s’abstiendront de donner leur voix au Maroc. Il s’agirait notamment du Liberia et de l’Afrique du Sud. « On peut penser que une ou deux autres en feront de même, mais ce sera à la marge », poursuit cette source.

En Europe, plusieurs fédérations – France, Luxembourg, Belgique, Serbie, Russie – ont publiquement affiché leur soutien au Maroc, lequel compte obtenir vingt-cinq voix émanant du vieux continent.

Ailleurs, la course aux bulletins s’annonce serrée. Si les fédérations de la CONMEBOL (Amérique du Sud) voteront massivement pour la candidature États-Unis-Canada-Mexique à une ou deux exceptions près, le Maroc peut espérer plusieurs ralliements venus de la CONCACAF (Amérique Centrale, du Nord et Caraïbes), d’Asie et de l’Océanie.

« L’Arabie saoudite, qui a pris fait et cause pour son allié américain, fait pression sur certains pays asiatiques, notamment musulmans », explique une de nos sources. « Ce sera serré, plus qu’on ne le croit. » À la fin, ce ne sont donc pas les Américains qui gagnent forcément…

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte