Société

Cameroun : enlèvement d’épaves du port de Douala

Le port de Douala, le 15 mars 2018. © Reinnier KAZE / AFP

Des épaves de vieux bateaux entravant l'activité et la compétitivité du port de Douala au Cameroun, le plus grand d'Afrique centrale, ont commencé à être enlevées cette semaine, a annoncé le directeur général du port.

« Le chenal, les plans d’eau, les quais et les darses vont être dépouillés de l’encombrante présence des épaves et autres engins flottants qui faisaient partie du décor de notre port », selon le directeur général Cyrus Ngo’o, cité dans un dossier de presse des autorités portuaires.

Cette opération, lancée en début de semaine, est la première « depuis 33 ans », selon lui.

« Depuis plus d’une trentaine d’années, les épaves (…) ont toujours constitué un obstacle majeur à l’attractivité et à la compétitivité du port de Douala », indique le dossier de presse.

Ce sont au total 80 épaves de bateaux qui encombrent le port de Douala. Dans un premier temps, 25 épaves présentées comme « les plus dangereuses » seront enlevées, a affirmé M. Ngo’o.

La majorité des bateaux dont les restes ont été abandonnés au port de Douala « ont plus de 50 ans » et sont susceptibles de contenir de l’amiante, un produit qui devient toxique sur la durée et est source de pollution de l’eau, selon Georges Menye, un des responsables chargé de l’enlèvement des vieilles carcasses.

Ce marché de retrait de bateaux abandonnés a été concédé à une entreprise italienne, Bonifacio, pour un montant 4,7 milliards de francs CFA (un peu plus de 7 millions d’euros).

Les travaux pour enlever les 25 premières épaves dureront huit mois.

Principal débouché pour les pays d’Afrique centrale enclavés comme le Tchad et la Centrafrique, le port de Douala se caractérise par la vétusté de ses infrastructures, l’engorgement, la corruption et les tracasseries administratives.

Plus de 95% du trafic portuaire du Cameroun passe par Douala.

En février, le négociant français en bois tropicaux Rougier avait désigné « l’engorgement chronique » du port de Douala comme une des causes de sa faillite.

« La faillite du groupe Rougier ne saurait incomber au port de Douala, où les opérations logistiques du commerce extérieur se déroulement normalement », avait réagi Cyrus Ngo’o.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte