Politique économique

Le Burkina Faso parie sur les « pôles de croissance »

L'élevage est avec les mines et le textile l'un des trois piliers du pôle de croissance du Sahel, au Burkina Faso.

L'élevage est avec les mines et le textile l'un des trois piliers du pôle de croissance du Sahel, au Burkina Faso. © Radu Sigheti/Reuters

Après le succès de Bagrepôle, le gouvernement Burkinabè penche en faveur des pôles de croissance pour doper ses exportations et diversifier son économie. Le plus avancé de ces projets est le pôle de croissance du Sahel (nord-est) qui sera lancé en juin 2015.

C’est une approche qui pourrait changer radicalement la politique économique menée au Burkina Faso. Profitant du boom minier et d’une croissance favorable – 5 % en moyenne depuis 2007 – le gouvernement veut promouvoir les pôles de croissance pour doper ses exportations, attirer des investisseurs et diversifier son économie en renforçant le textile, les oléagineux, l’élevage et les céréales aux côtés de l’or (premier produit d’exportation) et du coton.

Trois piliers

Le plus avancé de ces projets est le pôle de croissance de la région du Sahel (nord-est). Développé autour de trois piliers : mines, élevage et tourisme, il sera lancé en juin 2015. La Banque mondiale a débloqué 1, 2 milliard de F CFA pour la réalisation d’études de faisabilité tandis que la Banque africaine de développement s’engage à financer les infrastructures routières à hauteur de 15 milliards de F CFA.

La BAD va également financer les études de faisabilité de la grappe des huileries de Bobo-Dioulasso, qui vise à fédérer l’achat de la matière première et à installer des unités communes comme les laboratoires de qualité.

Cette volonté du gouvernement est renforcée par le succès de Bagrepôle, une zone agro-industrielle dont l’impact sur le PIB du pays est évalué à 5,1 % sur la période 2014-2020, selon le gouvernement.

Bémol : aucune date de lancement n’a été communiquée au sujet des zones économiques spéciales de Bobo-Dioulasso (sud-ouest) et Ouagadougou (centre). Des études de faisabilité sont menées pour évaluer le coût et les contraintes pesant sur leur développement.

 

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte