Bourse

Notation : premier avertissement pour la ville de Dakar

La ville de Dakar centralise l'ensemble des pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires du Sénégal.

La ville de Dakar centralise l'ensemble des pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires du Sénégal. © Mostroneddo/Flickr

Bloomfield Investment a maintenu la note « BBB+ » attribuée à la commune de Dakar. L’agence de notation financière a toutefois abaissé ses perspectives de « positives » à « stables ». En cause : l’incertitude entourant la réforme des collectivités territoriales.

C’est un avertissement plus qu’une sanction, mais elle fait néanmoins tâche. Pour sa première révision de la qualité de crédit de la ville de Dakar, l’agence Bloomfield Investment Corporation a décidé de maintenir la note de la capitale du Sénégal à « BBB+ » sur le long terme et à « A3 » sur le court terme. Mais un an après leur attribution – une première pour une collectivité locale en Afrique occidentale francophone – l’agence basée à Abidjan a baissé les perspectives de ces notes de « positives » à « stables ».

>>> Voir également : Dakar évaluée pour la première fois par une agence de notation

Lire aussi : 

Sénégal : lourde défaite pour Macky Sall aux élections locales

Dakar : le fossé entre banlieue et centre-ville se creuse

Investissements : la grande opération séduction de Dakar

Risque crédit : après Dakar, Bloomfield note Abidjan

Certes, Bloomfield souligne la capacité de Dakar à « maîtriser ses dépenses de fonctionnement », de même que sa « flexibilité financière » qui lui permet de combler « l’insuffisance de recettes de fonctionnement ». L’agence même note avec satisfaction le « niveau d’endettement encore acceptable » de la commune de Dakar « au regard du niveau des recettes de fonctionnement actuelles ».

Incertitude réglementaire

Pour autant, tout est loin d’être rose dans la capitale politique, économique et administrative du Sénégal. Loin de là. Bloomfield s’inquiète notamment de l’incertitude réglementaire dans laquelle évolue la capitale du Sénégal.

En effet, le code des Collectivités locales du Sénégal, amendé avant les élections locales de juin dernier, a accru les compétences de Dakar en matière de planification du développement et d’aménagement du territoire.

Las, le dispositif transitoire encadrant l’entrée en vigueur de ces reformes, dont l’impact sur le financement et les dépenses de Dakar s’annonce considérable, est confus – « insuffisant » selon la terminologie de Bloomfield-. Aussi, l’agence de notation déplore le « cadre réglementaire inadapté aux contraintes financières de plusieurs communes et l’incertitude « de l’impact sur les finances de la Ville de la mise en œuvre de l’Acte III de la Décentralisation ». 

>>> Business Schools : Son Excellence Dakar

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte