Energie

Le Kenya inaugure la méga-centrale géothermique Olkaria IV

Vue sur la centrale Olkaria IV. © Roberto Schmidt/AFP/Getty

Le Kenya a inauguré Olkaria IV, la quatrième station géothermique d'un programme électrique développé depuis les années 1980. D'une capacité de 140 mégawatts, c'est la centrale la plus puissante de ce type en Afrique.

Olkaria IV a été inaugurée le 18 octobre. D’une capacité de 140 mégawatts, c’est la centrale géothermique la plus puissante actuellement en activité sur le continent africain. Elle constitue le quatrième volet d’un programme électrique lancé dans les années 1980 et visant à exploiter le potentiel du champ géothermique Olkaria, dans la partie sud de la Vallée du grand rift, au Kenya.

Lire aussi :

L’Éthiopie veut se doter de la plus grande centrale géothermique du continent

Dossier électricité : le paradoxe africain

Power Africa : des dizaines de milliards de dollars et des critiques persistantes

Afrique de l’Est : la géothermie à toute vapeur

Les trois premières centrales de ce programme, Olkaria I, II et III, disposent d’une capacité de production de 45, 105 et 110 mégawatts respectivement .

Avec l’inauguration de Olkaria IV, ce réseau de stations dispose d’une capacité de production électrique totale de 400 mégawatts, faisant du champ Olkaria la source d’énergie géothermique la plus puissante aujourd’hui en Afrique et l’une des cinq plus importantes au monde, derrière les centres géothermiques « The Geysers » en Californie (> 1500 mégawatts), Larderello en Italie (800 MW), Cerro Prieto au Mexique (>700 MW) et Makiling-Banahaw aux Philippines (>440 MW).

Financement

Le financement du projet Olkaria IV, d’une valeur de 11,5 milliards de shilling kényans (126,5 millions de dollars), a été assuré principalement par le gouvernement kényan, la Banque mondiale, la Banque européenne d’investissement. La construction de l’usine a été réalisée par les équipes des japonais Hyundai Engineering et Toyota Tshusho et de l’indien KEC.

Le succès de ce projet kényan devrait renforcer la détermination et, peut-être, faciliter le financement d’autres projets géothermiques en préparation sur le continent. Le plus important d’entre eux est la centrale Corbetti Geothermal Power, en Éthiopie. Le pays d’Afrique de l’Est prévoit pour cette centrale une capacité de production de 1 000 MW. Son coût est estimé à 4 milliards de dollars.

Selon les estimations de la Banque africaine de développement, le potentiell géothermique de l’Afrique de l’Est est supérieur à 20 000 MW.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte