Diplomatie

L’Éthiopie met fin à son litige frontalier avec l’Érythrée

Abiy Ahmed, le nouveau Premier ministre éthiopien, en novembre 2017. © STR/EPA/MAXPPP

La coalition au pouvoir en Éthiopie a annoncé le 5 juin avoir décidé de mettre en œuvre pleinement les conclusions d’une commission internationale indépendante qui avait délimité en 2002 le tracé de la frontière commune avec l'Érythrée, source de vives tensions militaires entre les deux pays.

« Le gouvernement éthiopien a décidé de mettre en œuvre pleinement l’accord d’Alger [signé en 2000 pour mettre fin au conflit entre les deux pays] et [les conclusions] de la commission sur la démarcation de la frontière et nous travaillons à leur mise en œuvre complète sans hésitation », a annoncé le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF, coalition au pouvoir en Éthiopie) dans un communiqué.

« Le gouvernement érythréen devrait adopter la même position sans condition préalable et accepter notre appel à restaurer la paix trop longtemps perdue entre les deux pays frères, comme c’était le cas auparavant », poursuit l’EPRDF dans son communiqué.

Un conflit qui a fait 80 000 morts

Le nouveau premier ministre Abiy Ahmed avait promis lors de son discours d’investiture en avril de travailler à restaurer la paix avec l’Erythrée. Après que l’Érythrée ait accédé à l’indépendance en 1993, privant le pays de son accès à la mer rouge, les deux voisins s’étaient affrontés entre 1998 et 2000, en raison de divergences sur la démarcation de la frontière.


>>> A LIRE – L’Éthiopie agite la menace d’une « guerre totale » contre l’Érythrée


Ce conflit qui avait fait plus de 80 000 morts s’était achevé avec la signature d’un accord de paix signé en 2 000 à Alger, tandis qu’une commission d’arbitrage soutenu par l’ONU avait tranché sur le tracé de la frontière. Bien que la localité de Badme ait été attribuée à l’Erythrée, l’Ethiopie avait continué à l’occuper.

Depuis, les deux pays maintiennent de nombreuses forces de long de leur frontière de 1.000 km de long et des affrontements périodiques ont laissé craindre une reprise d’un conflit à grande échelle, notamment en 2016.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte