Politique

Présidentielle au Cameroun : un membre du Conseil constitutionnel appelle à une candidature de Paul Biya

Paul Biya lors du sommet UA-UE, le 29 novembre 2017 à Abidjan. © Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

Un membre influent du Conseil constitutionnel du Cameroun, censé être indépendant et chargé notamment de proclamer les résultats de la présidentielle, a signé un appel à la candidature en 2018 du président Paul Biya, 85 ans, au pouvoir depuis 1982.

Paul Biya sera-t-il candidat à un nouveau mandat ? Une élection présidentielle est prévue au Cameroun à la fin de l’année, en principe en octobre. Plusieurs personnalités ont déjà fait part de leur intention d’être candidats. Paul Biya ne s’est lui pas encore prononcé, mais il est présenté par son parti comme le candidat « naturel ».

Candidat naturel

Dans une « motion de soutien » au président camerounais, des responsables du parti au pouvoir et des chefs traditionnels originaires du sud du Cameroun, région d’origine du chef de l’État, lui demandent « solennellement de se porter candidat à l’élection présidentielle de 2018, pour laquelle il est assuré de notre soutien massif, unanime et inconditionnel ».

Le nom de Jean Fouman Akame, membre du Conseil constitutionnel, figure sur la liste des signataires de cet appel qui a été publié par le quotidien d’État, Cameroon Tribune.

« Paul Biya est notre candidat à la prochaine élection présidentielle, au regard de son bilan éloquent, de sa crédibilité nationale et internationale, diplomatique, économique, sociale et culturelle », ont écrit les auteurs de l’appel.

Pour leur part, les opposants qualifient le bilan de l’actuel chef de l’État de « chaotique ».

Magistrat réputé proche de Paul Biya, Jean Fouman Akame occupait, jusqu’à sa nomination au Conseil constitutionnel, le poste de conseiller du président chargé des questions juridiques. Il s’agit d’un des hommes les plus influents de son régime.

L’ambassadeur américain convoqué

Le Conseil constitutionnel est en particulier chargé de trancher les contentieux lors de la présidentielle et d’en proclamer les résultats. Beaucoup de ses membres sont issus du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), le parti au pouvoir.

Il y a une dizaine de jours, l’ambassadeur des États-Unis au Cameroun, Peter Henry Barlerin, avait publié un communiqué dans lequel il disait avoir « suggéré (lors d’un entretien) au président qu’il devrait réfléchir à son héritage et à comment il veut que l’on se souvienne de lui dans les livres d’histoire ». Il avait également dénoncé des exactions dans les régions anglophones, commises par les forces gouvernementales.

Le gouvernement camerounais avait convoqué l’ambassadeur pour lui faire part de sa « vive désapprobation ».

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte