Politique

Algérie : « Bouteflika est rentré en pré-campagne électorale »

Abdelaziz Bouteflika, à Alger, le 9 avril 2018. © APS/AFP

Abdelaziz Bouteflika s'est rendu mardi 15 mai dans une école de Zaouïas à Texeraïne et à la Grande mosquée d'Alger. C'est la quatrième apparition publique du chef de l'État en un peu plus d'un mois, après plusieurs années d'invisibilité. Des visites qui signent l'entrée en pré-campagne électorale, selon le politologue algérien Nacer Djabi.

Les appels à un cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika se multiplient, et les apparitions publiques du président algérien, qui était resté invisible depuis 2016, également. Ce mardi, il a mené une « visite de travail » à Alger, la capitale. Après avoir inauguré une école de Zaouïas (école coranique) à Tixeraïne, dans la banlieue su-est d’Alger, Abdelaziz Bouteflika s’est rendu sur le site du chantier de la Grande Mosquée d’Alger – un bâtiment gigantesque dont la construction a démarré en 2012 et qui pourra accueillir jusqu’à 120 000 fidèles.

Le président algérien, âgé de 81 ans et sérieusement amoindri depuis un accident vasculaire cérébral survenu en 2013, est réapparu en public le 9 avril, pour l’inauguration du prolongement d’une rame de métro d’Alger. Il a également visité la mosquée de Ketchaoua, le 15 avril.

Pour le politologue algérien Nacer Dajbi, ces visites et leur médiatisation signent l’entrée en pré-campagne de Bouteflika.


>>> A LIRE – Cinquième mandat de Bouteflika : quand l’Algérie s’éveillera…


Jeune Afrique: Resté invisible depuis 2016, Abdelaziz Bouteflika a multiplié les sorties publiques ces dernières semaines. Comment analysez-vous cette activité soudaine ? 

Nacer Djabi : Ces visites  sont en rapport direct avec la question du cinquième mandat et envoient un message politique. Bouteflika est rentré en pré-campagne électorale, quand bien même des politiques assurent qu’il ne s’agit pas de cela.

Ces images prouvent déjà qu’il est vivant et sont censées rassurer les gens sur son état de santé. Mais sa campagne a, en fait, débuté depuis un an. Il s’est occupé de calmer les foyers de tension du pays : à Alger et dans les grandes villes, il a distribué des logements à des prix sociaux ; En Kabylie, il a pris des décisions en faveur de la langue amazigh ; Et dans le Sud, le ministre de l’Intérieur a promis des avancées sociales.

Les images pourraient se révéler contre-productives, elles montrent à quel point il est malade et affaibli

Comment la société algérienne perçoit ces images, et au-delà, l’éventualité d’un cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika ?

Bouteflika a choisi des lieux symboliques à la veille du Ramadan, pour se donner une aura de commandant des croyants. Il exploite la religiosité du peuple à des fins politiques.

Mais les images pourraient se révéler contre-productives aux yeux du public, car elles montrent à quel point il est malade et affaibli. On y voit surtout un vieil homme en chaise roulante, qui ne parle pas et ne bouge pas, ce qui provoque un sentiment de ridicule.


>>> A LIRE – Algérie : comment gouverne vraiment Bouteflika


Existe-t-il une éventualité pour qu’il ne se présente pas? 

S’il est toujours vivant, il est certain qu’il va se présenter, et rien ne pourra l’en empêcher. Il n’y a absolument aucune alternative en face et personne ne fera le poids. Il n’y a pas d’opposition. De plus, il a préparé le terrain depuis un an avec une politique sociale et a acheté beaucoup de gens. Cette campagne sera à l’image de celle de 2014 [à l’issue de laquelle Abdelaziz Bouteflika avait été réélu, le 17 avril 2014, avec 81,49% des voix, ndlr].

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte