Mines

Mauritanie : Glencore repousse le démarrage du projet minier d’Askaf

| Par Jeune Afrique
Selon Sphere Minerals, le site d'Askaf peut produire 7 millions de tonnes de minerai de fer par an.

Selon Sphere Minerals, le site d'Askaf peut produire 7 millions de tonnes de minerai de fer par an. © Snim

Sphere Minerals, la filiale du groupe Glencore, a entamé le réexamen du projet minier d’Askaf en Mauritanie. La production de minerai de fer, prévue pour 2017, devrait être retardée, dans un contexte de chute des cours et d’offre excédentaire sur les marchés internationaux.

La production de minerai de fer du site d’Askaf, en Mauritanie, ne devrait pas démarrer en 2017 comme prévu initialement. C’est l’annonce faite par un porte-parole de Sphere Minerals, le développeur de ce projet, détenu depuis 2010 par une filiale du géant minier Glencore Xtrata, rapporte l’agence Bloomberg.

Le conseil d’administration du groupe australien, qui détient également les projets miniers de El Auoj et de Lebtheinia en Mauritanie, a entamé le réexamen d’Askaf, dont le coût de développement est estimé à 900 millions de dollars. « En prenant en compte le temps nécessaire à cet examen, il est actuellement prévu que le début de la production sera retardé », indique le communiqué de Sphere, cité par l’agence de presse.

Lire aussi : 

Mines : pétromonarchies cherchent bons filons africains

Mauritanie : une croissance économique peu partagée

Mauritanie : vente record de 13 millions de tonnes de fer en 2013

Cette annonce intervient dans un contexte de fort recul des cours du fer sur les marchés internationaux.

De près de 140 dollars la tonne au début de l’année, le minerai de fer s’échange désormais autour de 80 dollars, soit une baisse d’environ 40 %, entraînée par une demande en recul et une forte hausse de la production des projets déjà en pleine capacité (notamment en Australie).

Cette situation a entraîné la suspension ou le ralentissement de nouveaux projets miniers en Afrique de l’Ouest et centrale.

Au cours du dernier semestre, on dénombre ainsi l’abandon par le sud-africain Exxaro du projet de Mayoko en République du Congo, l’émergence de nouvelles incertitudes quant à la conduite du méga-projet Simandou en Guinée et la mise sous tutelle du groupe London Mining, actif en Sierra Leone.

Si la décision de Sphere Minerals devrait être sans incidence immédiate sur la production minière mauritanienne (un tiers du PIB), le report de la production d’Askaf – estimée à 7 millions de tonnes par an – pourrait compromettre le développement de certains projets de la Société nationale industrielle et minière de Mauritanie (Snim). La compagnie minière nationale a en effet conclu, en juin dernier, un important partenariat avec Glencore pour le transport, le stockage et l’exportation du fer d’Askaf.

>>> Mauritanie : Glencore aurait signé un contrat à 1 milliard de dollars avec la Snim

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte