Politique

Mali : 15 « terroristes » neutralisés, un soldat tué dans une opération antijihadiste

Des soldats maliens près de l'hôtel Radisson Blu de Bamako, le 20 novembre 2015. © Jerome Delay/AP/SIPA

Quinze "terroristes" ont été neutralisés vendredi dans le centre du Mali lors d'une opération contre les groupes jihadistes, au cours de laquelle un soldat a été tué et deux blessés, a annoncé samedi l'armée malienne.

Quinze « terroristes » ont été « neutralisés, des armes récupérées et des motos détruites » lors de cette « opération de ratissage » menée vendredi dans la forêt de Tina, dans la région de Mopti (centre), a indiqué l’armée dans un communiqué.

L’armée « déplore un mort et deux blessés » lors de cette opération. Le centre du Mali a connu ces dernières semaines une recrudescence des violences.

Violences intercommunautaires

Le 29 mars, la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) s’était dite « préoccupée par l’ampleur des violences intercommunautaires dans les régions du Centre » du pays. Des dizaines de personnes ont péri dans des affrontements opposant notamment des membres des ethnies peul et dogon.

La minorité peule de cette région affirme être systématiquement soupçonnée de collusion avec le groupe armé du prédicateur jihadiste peul Amadou Koufa, créé en 2015.

Elle a récemment accusé les forces de sécurité maliennes d’avoir commis des « exécutions sommaires » à son encontre, et aussi de tolérer, voire d’encourager, les exactions de groupes de chasseurs traditionnels, au nom de la lutte contre les jihadistes.

Ces allégations ont été catégoriquement démenties par les représentants de l’État.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Ces groupes en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en janvier 2013 d’une intervention militaire française.

Mais des zones entières échappent au contrôle des forces maliennes, française et internationales, régulièrement visées par des attaques meurtrières, malgré la signature en mai-juin 2015 d’un accord de paix, censé isoler définitivement les jihadistes, dont l’application accumule les retards.

Depuis 2015, ces attaques se sont étendues au centre et au sud du Mali et le phénomène déborde sur les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le Niger.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte