Politique

Afrique du Sud : de violentes manifestations contraignent Cyril Ramaphosa à rentrer au pays

Cyril Ramaphosa lors du congrès de l'ANC qui a abouti à son élection à la tête du parti, le 18 décembre 2017 à Johannesburg. © Themba Hadebe/AP/SIPA

La police sud-africaine a tiré des balles en caoutchouc vendredi contre des manifestants qui protestent contre la corruption et le manque de services publics dans la province du Nord-Ouest, où le président Cyril Ramaphosa est arrivé après avoir quitté précipitamment un sommet du Commonwealth à Londres.

Depuis plusieurs jours, la ville de Mahikeng, chef-lieu du Nord-Ouest, est le théâtre de pillages et incendies. Au moins 23 personnes ont été interpellées, selon la police. Une personne a été tuée jeudi, selon la chaîne d’informations eNCA, mais la police n’a pas confirmé cette information.

Vendredi, quelques heures avant l’arrivée sur place de Cyril Ramaphosa, la police a fait une nouvelle fois usage de balles en caoutchouc pour disperser, en vain, quelques dizaines de manifestants.

Pour tenter de dénouer la crise, Cyril Ramaphosa s’est rendu sur place, où il a notamment appelé au calme, après plus de six heures d’entretiens avec la direction locale du parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC).

« Aussi vite que possible »

« Nous lançons un appel au retour au calme, pendant que nous nous employons à résoudre cette question », a-t-il déclaré à la télévision, lors d’une allocution au cours de laquelle il a souligné qu’il avait compris que les manifestants exigeaient la démission du Premier ministre régional, membre de l’ANC, ainsi que des mesures contre la corruption et pour une bonne gouvernance.

« Il s’agit de sujets sérieux », qui méritent une consultation en profondeur, au sein du parti et du gouvernement, a promis Cyril Ramaphosa. « Nous allons agir aussi vite que possible pour apporter une réponse à tous les problèmes qui ont été évoqués ».

La veille, le chef de l’Etat avait décidé de rentrer en urgence d’un sommet du Commonwealth à Londres afin de « suivre la situation dans le Nord-Ouest », selon la présidence sud-africaine. « Le fait qu’il a écourté son voyage montre la gravité du problème », a estimé vendredi le porte-parole de l’ANC, Pule Mabe.

Il s’agit de l’un des premiers défis de taille auxquels est confronté le nouveau président Ramaphosa, au pouvoir depuis février.

Il a fait de la lutte contre la corruption une de ses priorités, alors que son prédécesseur, Jacob Zuma, a été contraint de démissionner en raison des nombreux scandales dans lesquels il est embourbé.

Dans un communiqué jeudi, Cyril Ramaphosa a appelé au calme, demandant à la population d’exprimer ses revendications « par des moyens pacifiques plutôt que par la violence et l’anarchie », tout en exigeant de la police qu’elle fasse preuve « de la plus grande retenue » dans l’exercice de ses fonctions.

Vendredi, les écoles, magasins et services publics de Mahikeng sont restés fermés. De la fumée noire s’échappait toujours d’un township, ont constaté des journalistes de l’AFP.

« Beaucoup de magasins ont été pillés, des boutiques appartenant à des étrangers ont été saccagées dans notre quartier. Malheureusement il n’y avait pas assez de policiers » pour empêcher ces débordements, a témoigné un pasteur de 43 ans, Leveticus Molosankwe, père de deux enfants.

« Empereur »

Les manifestations ont éclaté cette semaine après la mort de deux personnes qui s’étaient vu refuser des soins dans une clinique à cause d’une grève.

Les habitants en colère protestent contre le manque de services publics et exigent la démission du Premier ministre de la province, Supra Mahumapelo, qu’ils accusent de corruption.

« Il n’y a pas assez de logements, les routes sont en mauvais état », a expliqué Leveticus Molosankwe.

« Le système de santé est en lambeaux. Les proches du Premier ministre régional bénéficient des appels d’offres dans la province. C’est de la corruption pure et simple », s’est indigné Thapelo Galeboe, un responsable local du Parti communiste, allié de l’ANC.

Supra Mahumapelo « est en empereur dans la province, et tous les pauvres sont ses sujets, il doit partir », a-t-il lancé à l’AFP.

Depuis la fin officielle du régime d’apartheid en 1994, « rien n’a changé pour nous », s’est plaint un autre manifestant, alors que l’Afrique du Sud, première puissance industrielle du continent, se débat avec un taux de chômage record à 27,7% et une croissance au ralenti depuis plusieurs années.

En raison des violences dans le Nord-Ouest, les autorités du Botswana voisin ont décidé de fermer leur poste-frontière avec l’Afrique du Sud près de Mahikeng.

Les brusques flambées de violence urbaine, désignées sous le nom d' »émeutes pour l’amélioration des services publics », sont quotidiennes ou presque en Afrique du Sud. Mais le déplacement d’un président pour ce genre d’incidents reste exceptionnel.

Ces manifestations soulignent les faillites de la « nation arc-en-ciel », vingt-quatre ans après l’avènement de la démocratie et l’élection du premier président sud-africain noir Nelson Mandela. Dans de nombreux quartiers du pays, l’accès à l’eau et l’électricité restent rares, les logements précaires et les ordures s’entassent.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte