Bourse

Bourse : Casablanca et Londres renforcent leur partenariat

| Par Jeune Afrique
La Bourse de Casablanca compte une quarantaine d'entreprise cotées sur son marché principal.

La Bourse de Casablanca compte une quarantaine d'entreprise cotées sur son marché principal. © Alexandre Dupeyron/JA

Après avoir conclu un partenariat avec la Bourse de Casablanca, le London Stock Exchange vient de signer un accord avec la société Maroclear, visant à l’attribution d’un identifiant unique aux intervenants sur le marché financier.

Après avoir signé un accord en juin avec la Bourse de Casablanca pour développer sa plateforme de cotation et mettre en place un compartiment réservé aux PME, le London Stock Exchange a conclu un partenariat avec Maroclear, la société chargée de la conservation et de la distribution des titres lors du passage d’un ordre de bourse.

Amélioration du suivi du risque

Cet accord, révélé au quotidien français Les Échos par Nikhil Rathi, responsable du développement international du LSE, porte sur l’attribution de l’identifiant unique des intervenants sur les marchés financiers « LEI ».

Lire aussi : 

Comment va le Maroc ?

La Bourse de Casablanca peine à se relancer

Casa Finance City partenaire de la City de Londres

Dans l’interview accordée au journal économique, Nikhil Rathi explique que « l’établissement d’un système global de LEI, validé par le G20, est crucial pour l’amélioration de la mesure et du suivi du risque systémique » et constitue « une part importante du processus de modernisation des marchés de capitaux marocains ».

En d’autres termes, le LEI permet d’identifier clairement une entité juridique dans n’importe quelle transaction à laquelle elle participe et ce quelque soit la juridiction dans laquelle elle se trouve. Aussi, et comme l’a détaillé Nikhil Rathi, les clients de Maroclear qui auront reçu cet identifiant « pourront régler leurs échanges transfrontaliers » dans un cadre juridique et contractuel plus certain pour toutes les parties impliquées.

Internationalisation

« Le Maroc abrite un nombre important de PME prospères et nous allons travailler avec la Bourse de Casablanca pour aider leur développement et les aider à bâtir leur futur au sein de notre programme Elite en Italie et au Royaume Uni », a expliqué Nikhil Rathi .

Toutefois, a-t-il ajouté, la priorité immédiate de LSE – qui héberge déjà plusieurs groupes sud-africains et Nigérians – n’était pas de favoriser la cotation à Londres des géants marocains de la Place de Casablanca, mais plutôt de « travailler de concert avec le Maroc […] à étendre le secteur des services financiers, augmenter la liquidité du marché et renforcer sa position de grand centre financier régional ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte