Économie

Zone Cemac : la Banque centrale abaisse ses prévisions de croissance

La Banque des États de l’Afrique centrale a révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour la région Cemac de 6,1 % à 5,7 % en 2014. Une décision qui reflète le recul des activités pétrolières. Le taux directeur de la BEAC reste lui inchangé à 2,95 %, après trois baisses successives en un an.

Par
Mis à jour le 30 octobre 2014 à 17:26

La Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) a revu à la baisse ses prévisions de croissance économique moyenne pour les six pays de la CEMAC (Cameroun, Gabon, Congo-Brazzaville, Guinée équatoriale, RCA et Tchad) de 6,1 % à 5,7 % en 2014.

Croissance atone

Cette décision reflète le recul des marchés pétroliers et la croissance atone dans l’Union européenne – principal client de la plupart des pays de la région. La chute continue des cours du pétrole, passés en dessous de 85 dollars le baril durant le mois d’octobre, pourrait pénaliser la Cemac dont tous les États membres – à l’exception de la Centrafrique – sont exportateurs de brut. L’or noir représente 36 % du PIB de la région et 87 % de ses exportations, selon les estimations de Reuters.

>>> Pétrole : « En dessous des 90 dollars le baril, il faut s’inquiéter »

Inflation

Prenant la parole à l’issue d’une réunion trimestrielle organisée au Cameroun, Lucas Abaga Nchama, le gouverneur de la BEAC a indiqué que la décision prise par la Banque, en juillet dernier, d’abaisser son taux directeur a entraîné une augmentation des prêts bancaires concédés par les établissements de la région.

Aussi, la BEAC compte maintenir ce taux inchangé, a indiqué l’Équato-guinéen, malgré un taux d’inflation antiipé à 3,7 % cette année contre 2,5 % en 2013.

>>> La BEAC baisse son taux directeur pour la troisième fois en un an