Sport

Treize athlètes africains désertent en plein Jeux du Commonwealth en Australie

Le stade de Gold Coast lors de la cérémonie d'ouverture du 21ème Jeux du Commonwealth © Micah Crook/PPAUK/Shutt/SIPA

La liste des disparus des 21e Jeux du Commonwealth en Australie s’allonge. Cinq nouveaux sportifs originaires du Rwanda, de l’Ouganda et du Sierra Leone se sont évanouis dans la nature. Ils s’ajoutent aux huit athlètes camerounais portés disparus depuis mardi.

« Nous regardons évidemment tout ça de très près », a déclaré jeudi à la presse le président exécutif de la Fédération des Jeux du Commonwealth, David Grevemberg.

« Nous avons un service spécialisé autour des visas, mais tant que personne n’aura formellement dépassé la date d’expiration de son visa ou déposé une demande d’asile, nous ne pouvons que surveiller la situation. Pour le moment, nous concentrons nos efforts sur le fait d’apporter notre aide aux équipes qui recherchent leurs athlètes », a-t-il ajouté.

Deux jours avant la nouvelle vague de désertions, les trois haltérophiles Olivier Matam Matam, Arcangeline Fouodji et Petit Minkoumba, ainsi que les boxeurs Christian Ndzie Tsoye, Ulrich Yombo, Arsene Foko, Christelle Ndiang et Simplice Fotsala avaient disparu du village des athlètes alors qu’ils devaient entrer en compétition.

Des précédents

« On ne l’a pas vu venir, quand les athlètes préparent un coup pareil ils le font en toute discrétion. On ne sait pas quelles sont leurs motivations », résume, désabusé, Bertrand Mendoya, le président de la fédération camerounaise de boxe depuis Gold Coast. Cet épisode de désertion lors d’une grande compétition n’est pas une première dans l’histoire du sport camerounais.

Nous leurs demandons juste de respecter la loi, de profiter, mais de respecter la loi

En 2006 déjà, lors des Jeux du Commonwealth organisés à Melbourne, 9 athlètes camerounais avaient pris la fuite, et 7 autres lors des Olympiades de Londres en 2012. À l’occasion des Jeux olympiques de Sydney, en 2000, plus de 100 athlètes de nationalités diverses étaient restés en Australie après l’expiration de leur visa.

En règle jusqu’au 15 mai

« Pour l’instant on ne peut pas faire grand chose, ils ont des visas, ils sont dans leur droit s’ils veulent voyager dans le pays, les autorités ne peuvent pas engager la moindre poursuite, même si nous les avons prévenu de ces disparitions », ajoute Bertrand Mendoya. Le reste de la délégation camerounaise quittera l’Australie le 15 avril à l’issue de la compétition. Les visas des athlètes eux, courent jusqu’au 15 mai.


Le Ghana empêtré dans un scandale de faux papiers

Deux membres du comité Olympique ghanéen sont soupçonnés dans une affaire de faux papiers. Des journalistes, athlètes ou officiels frauduleusement auraient frauduleusement accompagné la délégation du Ghana aux Jeux du Commonwealth. Une cinquantaine de visas de la délégation ghanéenne ont été annulés par les services d’immigration australiens et une enquête a été ouverte par le ministère des Sports du Ghana.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte