Politique

Abdelkader Messahel : « L’Algérie n’a pas à s’impliquer dans les négociations entre le Front Polisario et le Maroc »

Abdelkader Messahel sur le plateau de France 24 mardi 10 avril. © Ministère algérien des Affaires étrangères/Twitter

En marge de sa rencontre avec son homologue français Jean-Yves Le Drian lundi, le ministre algérien des Affaires étrangères Abdelkader Messahel a répondu le lendemain, dans une interview à « France 24 », aux accusations marocaines d’incursions du Polisario au Sahara occidental. Il s'est également exprimé sur le 5e mandat de Bouteflika et la béatification des moines de Tibhirine.

Après sa rencontre avec le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, lundi 9 avril, et la conférence à l’Unesco mardi, le chef de la diplomatie algérienne Abdelkader Messahel a abordé les points centraux de l’actualité algérienne lors d’une interview accordée à France 24, mardi 10 avril.

  • Sahara occidental : « Ce n’est pas une affaire entre l’Algérie et le Maroc »

Sur le conflit au Sahara occidental, Abdelkader Messahel a réaffirmé que l’Algérie n’avait pas à s’impliquer dans les négociations entre le Front Polisario et le Maroc : « Ce n’est pas une affaire entre l’Algérie et le Maroc, c’est une affaire entre le Maroc et le peuple sahraoui, entre le Maroc et les Nations unies », a-t-il précisé. Il a également indiqué que l’Algérie se plaçait en faveur de la reprise des négociations entre le Maroc et le Front Polisario, tout en soutenant « le principe d’auto-détermination et les droits légitimes du peuple sahraoui ».

Le Maroc accuse en effet le Front Polisario d’incursions dans la zone tampon administrée par les Nations unies. « L’Algérie a une responsabilité flagrante. L’Algérie finance, l’Algérie abrite, l’Algérie arme, l’Algérie soutient diplomatiquement le Polisario  », avait accusé le roi du Maroc Mohammed VI dans une lettre envoyée au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, mercredi 4 avril.

  • Les moines de Tibhirine seront béatifiés à Oran

Le ministre algérien des Affaires étrangères a également confirmé que l’Algérie avait donné son accord pour la béatification des sept moines de Tibhirine et que le pays l’avait signifié au Vatican. Il a fait part de la possibilité que le pape François vienne à Oran dans les prochains mois afin de procéder à cette béatification.

« Nous avons une coopération totale entre les appareils judiciaires algérien et français », a-t-il affirmé à propos des doutes qui ont entouré l’assassinat des sept moines trappistes en 1996, attribué par les autorités algériennes au Groupe islamique armé (GIA).

  • Soutien à Bouteflika

Abdelkader Messahel a également réaffirmé son soutien au président Abdelaziz Bouteflika, qui a fait mardi 10 avril sa première apparition publique depuis 2016. Cette sortie est intervenue un jour après l’appel du Front de libération national (FLN) à un 5e mandat du président.

C’est Bouteflika qui dirige le pays. Son frère [Saïd, ndlr] est un conseiller comme un autre

« Le président a entamé une oeuvre grandiose de reconstruction nationale qui a porté ses fruits. Son oeuvre doit être poursuivie », a ainsi abondé le chef de la diplomatie algérienne avant d’ajouter : « C’est Bouteflika qui dirige le pays. Son frère [Saïd, ndlr] est un conseiller comme un autre. »

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte