Politique

Éthiopie : fermeture d’une prison tristement célèbre à Addis Abeba

Une rue d'Addis Abeba, le 5 janvier 2008. © SamEffron/CC/Flickr

Le centre de détention de Maekelawi à Addis Abeba a été fermé vendredi, conformément à la promesse faite en janvier par le gouvernement éthiopien, a annoncé la radio-télévision Fana, proche du pouvoir.

« Les derniers prisonniers du centre ont été transférés vers un autre établissement pénitentiaire », a indiqué Fana sur son site internet.

L’ex-Premier ministre Hailemariam Desalegn avait annoncé en janvier que Maekelawi, en service déjà sous le brutal régime militaro-marxiste du Derg dans les années 70 et 80, serait fermé et transformé en musée.

En 2013, Human rights watch avait affirmé que « toutes sortes d’abus, dont la torture » étaient pratiqués en ce lieu, une accusation rejetée par le gouvernement éthiopien.

Dans un rapport de l’organisation de défense des droits de l’Homme, d’anciens détenus de Maekelawi avaient raconté avoir été « giflés, avoir reçu des coups de pied et avoir été battus avec divers objets, dont des bâtons et des crosses d’armes » au cours d’interrogatoires.

D’autres décrivaient avoir été maintenus de force « dans des positions douloureuses et pendant très longtemps, attachés au mur par les poignets, tout en étant souvent battus ».

Abiy Ahmed, nouveau Premier ministre

Hailemariam Desalegn avait promis de fermer Maekelawi en même temps qu’il annonçait une amnistie qui a permis à des milliers de prisonniers, dont des hommes politiques et des journalistes, de sortir de prison.

Il avait toutefois été contraint à la démission le 15 février. Dès le lendemain, le gouvernement avait réinstauré l’état d’urgence, pendant lequel plus de 1100 personnes ont été arrêtées, y compris des membres de l’opposition libérés quelques semaines plus tôt à la faveur de cette amnistie de masse.

Hailemariam Desalegn a été depuis remplacé par Abiy Ahmed. Désigné par la coalition au pouvoir pour prendre la tête de l’exécutif éthiopien, ce dernier a adopté un ton conciliant à l’égard de l’opposition lors de son investiture le 2 avril.

Abiy Ahmed, 42 ans, est issu de l’ethnie oromo, à l’origine d’un mouvement de contestation antigouvernementale sans précédent depuis la prise du pouvoir par l’actuel régime en 1991.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte