Politique

Guinée : après une rencontre avec Alpha Condé, Cellou Dalein Diallo appelle à suspendre les manifestations

Alpha Condé, président de la République de Guinée, et Cellou Dalein Diallo, chef de file de l'opposition guinéenne, le lundi 2 avril 2018 au palais présidentiel. © DR / Présidence de la République Guinée

Au terme d'un entretien avec le président Alpha Condé, ce lundi, le chef de file de l'opposition, Cellou Dalein Diallo, a appelé à mettre un terme aux manifestations organisées depuis les élections communales du 4 février.

Leur avant-dernière rencontre, le 1er septembre 2016, avait débouché sur la signature d’un accord politique, le 12 octobre suivant, en vue de l’organisation des élections communales du 4 février dernier. Mais les résultats de ce scrutin contesté par l’opposition, qui a multiplié les appels à manifester, ont depuis ravivé les tensions politiques. À tel point que le président Alpha Condé a invité son principal opposant à un tête-à-tête qui s’est tenu ce lundi après-midi au palais présidentiel Sékhoutouréya.

Au terme de cette rencontre qui aura duré trois heures, le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), par ailleurs chef de file de l’opposition, a appelé à l’arrêt des manifestations. « Nous suspendons les manifestations en attendant de voir si les engagements pris seront respectés », a confirmé Cellou Dalein Diallo à Jeune Afrique.

Unique recours

Parmi les griefs exposés par l’opposant, la réforme de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), qui est toujours au point mort. Mais aussi l’audit du fichier électoral, encore à faire, et l’entrée en fonction de la Haute Cour de Justice, chargée de juger les infractions commises par des ministres en exercice.

« Seules les élections communales ont été organisées, et ce grâce à nos manifestations, qui demeurent notre unique recours », rappelle le chef de file de l’opposition guinéenne. Il dit avoir également abordé avec le président Alpha Condé « le vol de nos suffrages : je lui ai fait remarquer que les commissions administratives de centralisation des votes n’avaient pas le droit d’annuler des procès-verbaux de bureaux de vote, comme certaines l’ont fait « .

Bien que les réclamations de l’opposition ne puissent plus prospérer juridiquement, les voies de recours ayant été épuisées, Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé sont parvenus à s’entendre sur une voie de sortie pour les cas de fraude électorale avérées. Ce que confirme le communiqué de la présidence qui a sanctionné la rencontre.

Privilégier le dialogue

Le chef de l’État et le chef de l’opposition guinéenne ont par ailleurs convenu de « privilégier le dialogue et la concertation pour régler toutes les divergences dans la vie politique en général [et] dans le processus électoral en particulier ; de demander au comité de suivi de l’accord politique [du 12 octobre 2016] de trouver une solution au différend électoral, qui porte sur 6 communes urbaines et 6 communes rurales sur les 342 ».

Autre point sur lequel les deux hommes se sont entendus : l’adoption d’une nouvelle loi sur la Ceni lors de la prochaine session des lois à l’Assemblée nationale, et l’audit du fichier électoral avant les prochaines élections législatives, qui devraient intervenir fin 2018.


>>> A LIRE – Élections en Guinée : le RPG en tête dans les grandes villes, l’UFDG se maintient, l’UFR en faiseur de rois


Toujours selon le communiqué de la présidence guinéenne, les deux interlocuteurs ont déploré « toutes les victimes civiles et militaires des violences politiques et les nombreux et importants dégâts matériels, et expriment leur compassion et leur solidarité à toutes les familles ayant perdu des proches, des êtres chers ».

Ils ont convenu de « tout mettre en œuvre pour identifier les différents responsables de toutes les violences qui ont entraîné mort d’hommes et causé d’importants dégâts matériels, qui qu’ils soient, afin de les traduire devant les cours et tribunaux du pays ; d’apporter une assistance aux victimes et à leurs familles, nonobstant les indemnisations légales ».

Alpha Condé et son hôte ont également déploré l’escalade verbale en cours, invitant les Guinéens à s’unir et à sanctionner « rigoureusement » ceux qui appellent à la haine et à la division entre les différentes communautés du pays.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte