Agroalimentaire

Côte d’Ivoire-Cacao : maintien du prix d’achat garanti aux producteurs

L'usine de transformation Choco Ivoire à San Pedro en janvier 2016. © InsideStudio_Cel:49214905

L'État ivoirien a annoncé le 29 mars avoir fixé le prix du kilogramme de fèves de cacao à 700 francs CFA pour la campagne intermédiaire 2017-2018, dans un contexte de hausse des cours internationaux.

Le prix bord champ par kilogramme de fèves est fixé à 700 francs CFA (FCFA) pour la deuxième partie de la campagne de commercialisation de la récolte du cacao de la saison 2017-2018, qui démarre le 1er avril. Il s’agit du même prix que celui de la première partie de la campagne 2017-2018, qui va prendre fin le 31 mars.

Malgré l’embellie des cours internationaux, ces derniers mois, le gouvernement n’a pas jugé utile de procéder à une augmentation du prix, synonyme d’une hausse des revenus pour les producteurs. « Il n’y a pas eu de débat au conseil des ministres lors de la proposition du prix bord champ, contrairement aux autres fois. Le conseil a approuvé le prix et on est passé à d’autres sujets », confie à Jeune Afrique un membre du gouvernement, qui a demandé l’anonymat.

Manque de stock de cacao

La récolte de la campagne principale 2017-2018 est estimée à 1,5 million de tonnes. Pour la saison en cours, le Conseil café cacao (CCC), l’organe public de gestion de la filière, a été confronté à un manque de stock de cacao. Plusieurs exportateurs qui détenaient des contrats n’ont pas pu s’approvisionner à cause de la pénurie, attribuée à la contrebande vers le Ghana où les prix sont plus attractifs.

Pour la campagne qui s’ouvre, la Côte d’ivoire prévoit une récolte de 500 000 tonnes. Yves Brahima Kone, le directeur général du CCC annoncera début avril le dispositif de la commercialisation de la récolte.

En Côte d’Ivoire, la campagne principale du cacao dure du 1er octobre de l’année précédente au 31 mars de l’année suivante, tandis que la campagne intermédiaire débute le 1 avril pour s’achever au 30 septembre.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte