Politique

Présidentielle au Sierra Leone : le second tour se déroulera le 31 mars

Le premier tour des élections générales a eu lieu en Sierra Leone le 7 mars 2018. © Kabba Kargbo/AP/SIPA

La Haute cour sierra-léonaise a validé la tenue du second tour de l'élection présidentielle, dont les préparatifs avaient été suspendus suite à une requête d'un juriste du parti au pouvoir, mais a finalement reporté le vote au 31 mars. Celui-ci opposera Samura Kamara (APC) à Julius Maada Bio (SLPP).

Freetown a connu lundi une soirée mouvementée. À quelques heures de la date initialement prévue pour le second tour de la présidentielle, la Haute cour sierra-léonaise a fini par trancher et a décidé de lever la suspension des préparatifs du vote.

« En raison des retards logistiques dus à cette injonction, le vote ne peut se tenir le 27 mars comme prévu », a précisé la Commission électorale dans un communiqué publié en fin de journée, annonçant  le report du second tour de l’élection présidentielle au 31 mars.

Il opposera Samura Kamara, candidat du All Peoples Congress, le parti au pouvoir, à Julius Maada Bio, candidat du principal parti d’opposition, le Sierra Leone People’s Party (SLPP). À l’issue du premier tour, l’ancien général Julius Maada Bio a obtenu une courte avance sur son adversaire, avec 43,3% des suffrages contre 42,7 % .


>>> A LIRE – Sierra Leone : un second tour pour les deux principaux candidats à la présidentielle


Allégations de fraudes

Samedi, la Haute cour sierra-léonaise avait ordonné à la Commission électorale nationale (NEC) d’arrêter les préparatifs du second tour de la présidentielle prévu mardi, à la suite d’une requête d’Ibrahim Sorie Koroma, un juriste du parti au pouvoir, au sujet d’allégations de fraudes.

À 53 ans, Julius Maada Bio, militaire de formation, se présente à sa deuxième élection présidentielle, après celle de 2012, perdue face au président Ernest Bai Koroma. Le candidat du SLPP avait pris part au putsch de 1992 avant de déposer le chef de la junte, le capitaine Valentine Strasser, en 1996 et de rétablir trois mois plus tard, le multipartisme eu Sierra Leone.

Il sera donc opposé au second tour à Samura Kamara, économiste de formation, ex-gouverneur de la Banque centrale et ancien ministre des Finances dont la désignation, en octobre dernier par Ernest Bai Koroma avait surpris au sein du APC.

Yumkella arbitre ?

Arrivé en troisième position lors du premier tour, Kandeh Yumkella, un ancien dirigeant du SLPP qui se présentait au nom d’une nouvelle formation, la Grande coalition nationale (NGC), a obtenu 6,9 % des votes, et pourrait jouer le rôle d’arbitre entre les deux partis qui se partagent le pouvoir depuis l’indépendance en 1961.

À noter que les missions d’observateurs étrangers, notamment celle de l’Union européenne, et de la société civile avaient salué le bon déroulement du scrutin général, qui combinait élections présidentielle, législatives et locales. Une élection par ailleurs marquée par un très fort taux de participation, estimé à plus de 84%.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte