Bande dessinée

Tunisie : « 100% bled », ou la BD qui rit des paradoxes des Arabes

Le mariage, vu par Salim Zerrouki dans sa BD "100% bled, comment se débarrasser de nous pour un monde meilleur" © Salim Zerrouki

Dans un second degré décapant, l'artiste algérien Salim Zerrouki met à nu des clichés tirés de la vie quotidienne de la société arabe. Code de la route, mariage, travail, sport... Tout y passe.

« Enfant à qui on aurait donné les moyens », Salim Zerrouki doit beaucoup à son talent. Avec des couleurs sobres ainsi qu’un trait simple et précis qui mettent en valeur un texte aussi désopilant que cinglant, il croque dans « 100 % bled » les paradoxes des Arabes et leur manière de se tirer parfois une balle dans le pied. « On se lamente toujours sur nos malheurs qui viennent de l’Occident, on ne se remet jamais en question », résume le bédéiste algérien qui vit en Tunisie depuis de nombreuses années et est connu pour ses blogs : « Yahia Boulahia » et « Tahricha ».

La BD, dont le titre complet est « 100% bled, comment se débarrasser de nous pour un monde meilleur », fait fureur dans le Salon du livre de Paris et sera présente à la foire du livre de Tunis à partir du 6 avril. L’idée est née pendant le Festival International de Publicité à Cannes en 2015, où Salim prend la mesure du fossé qui « sépare nos deux civilisations. C’est là que je me suis dis : comme ils seraient bien sans nous, les Arabes – Arabe étant la désignation donnée par les colons aux autochtones du Maghreb -. » Une affirmation qu’un non-Maghrébin n’aurait pu tenir sans être voué aux gémonies.

Salim Zerrouki

Mais au-delà de la provocation, Salim Zerrouki est sur le mode d’une raillerie caustique largement répandue au Maghreb, qui tient à la fois du comique et du bon sens. « Personne ne pourra me dire que ce que je dis est faux. Je suis Maghrébin, je vis ça au quotidien. » En 54 planches, celui qui fait carrière dans l’illustration croque les travers d’une société et les paradoxes quotidiens des individus, face à des choix existentiels. « Le sujet est délicat, il fallait l’expliquer et le défendre car il ne s’agit en aucun cas d’une incitation à éliminer les Arabes », précise l’auteur, ravi du succès de la présentation parisienne.

Je ne dis rien que l’on ne dise pas déjà entre nous », souligne Salim Zerrouki

Dérision sur fond de vérité

« La planche sur la mixité conclut à la mort par des Arabes « hchouma » (honte) ; il ne s’agit pas d’appel à se débarrasser des Arabes ; je suggère l’immense honte qu’il y a à avoir certaines prises de position », explique Salim Zerrouki, fan de l’humoriste Fellag et du caricaturiste Dilem. Il reconnaît néanmoins que « certaines personnes prendront certainement mal « 100% bled », mais finalement je ne dis rien que l’on ne dise pas déjà entre nous ».

Salim Zerrouki

Zerrouki grossit les traits, joue des ficelles du comique, fait de l’humour au second degré, mais le fond de chaque planche est une vérité. Amour, mariage, sexe, Afrique, code de la route, sport,  travail, mosquée, corruption… Le quotidien des Maghrébins est lu à l’aune d’une dérision empreinte de verve et de truculence sur fond de tendresse.

« Cela amusera les lecteurs mais ce serait mieux que cela amène aussi à réfléchir ou au moins à en parler », conclut l’auteur qui sait que « le Maghreb ne sera jamais la Scandinavie mais on pourrait trouver un juste milieu » ; un espace de vie pour tous plus cohérent et conséquent où l’on pourrait ne pas rire jaune.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte