Dossier

Cet article est issu du dossier «Offensive diplomatique turque en Afrique : les enjeux de la tournée d'Erdogan»

Voir tout le sommaire
Diplomatie

Infographie : la Turquie en Afrique, une influence grandissante

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, à droite, et le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, à l'aéroport de Nouakchott, en Mauritanie, le 28 février 2018, durant la tournée africaine du président turc. © Kayhan Ozer/AP/SIPA

Recep Tayyip Erdogan a terminé le 2 mars dernier une tournée africaine particulièrement chargée, en visitant pas moins de quatre pays : l’Algérie, le Sénégal, la Mauritanie et le Mali. De quoi placer un peu plus les pions turcs en Afrique, continent sur lequel le pays est déjà bien présent.

Depuis qu’il a décrété l’année 2005 « année de l’Afrique », Recep Tayyip Erdogan s’est rendu près de 40 fois sur le continent, visitant 26 pays, en tant que Premier ministre, puis en tant que président, à chaque fois accompagné d’un aréopage d’hommes d’affaires.

Cette volonté d’ouverture de la Turquie s’est traduite par :

– l’ouverture de nombreuses ambassades : 41 aujourd’hui, contre 9 en 2003 ;

– la multiplication des actions de la Tika, l’agence turque de coopération, qui possède 20 bureaux (depuis 2016, elle s’est implantée à Conakry, Dar es-Salaam, Djouba, Maputo, Moroni et Pretoria) ;

– la densification du réseau de la Turkish Airlines, qui dessert 53 villes africaines dans 35 pays. Si, depuis 2016, la compagnie nationale a fermé ses lignes à destination du Cap-Vert ainsi que celles de Rabat, Pretoria, Kampala, Lusaka et Djouba, elle couvre désormais Conakry, Freetown, Zanzibar, les Seychelles et Moroni. Elle met également l’accent sur la Libye (avec quatre destinations : Tripoli, Benghazi, Sehba, Misrata), où les entreprises de BTP et les compagnies énergétiques turques cherchent à retrouver la place qu’elles occupaient sous Kadhafi.

Ankara étend aussi son influence par :

– l’aide à la construction de mosquées (comme celle d’Accra, qui est la plus grande d’Afrique de l’Ouest, adossée à une école de formation d’imams) ;

– la reprise en main des écoles turques appartenant à la confrérie Gülen (une centaine sur le continent), par le biais de la fondation Maarif ;

– les œuvres caritatives : construction d’hôpitaux ultramodernes à Nyala (Soudan), Mogadiscio, etc.

Ankara soigne son image

Outre ce soft power, la Turquie nourrit de nouvelles ambitions en matière de défense. En septembre 2017, elle a inauguré sa première base militaire en Afrique, à Mogadiscio, doublée d’un centre de formation. Et elle projette d’en construire une autre à Suakin, une île que le Soudan lui a concédée pour 99 ans, au grand dam de l’Égypte. Erdogan ayant soutenu le chef de l’État déchu Mohamed Morsi contre vents et marées, ses relations avec le maréchal Sissi sont, en effet, exécrables.

Hormis ses relations privilégiées avec la Somalie et le Soudan, Ankara soigne son image en Éthiopie (premier pays honoré d’une visite d’Erdogan sur le continent en 2005), où siège l’Union africaine.

Parmi les grands absents du continent : le Togo et la Centrafrique, où la Turquie n’a ni ambassade ni liaison aérienne.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte