Racisme

L’œil de Glez : pour Netanyahou, les migrants africains constituent une menace « pire » que les terroristes

Par

Damien Glez est dessinateur-éditorialiste franco-burkinabè

L’œil de Glez. © Glez / J.A.

Israël n’était déjà pas tendre avec les migrants africains. Ce mardi, le Premier ministre de l’État hébreu est devenu franchement outrancier. Indignation et polémique…

Les déplacements de populations inquiètent davantage les dirigeants que les mouvements de plaques tectoniques. Avec les projections démographiques venues des contrées africaines, la préoccupation de certains se mue en psychose. En janvier déjà, des autorités israéliennes, peu soucieuses de « politiquement correct », lançaient un ultimatum à 38 000 Érythréens et Soudanais en situation irrégulière. Les migrants qui n’auront pas quitté le pays d’ici la fin mars – avec un billet d’avion offert et agrémenté de près de 3 000 euros – pourraient s’exposer à un emprisonnement à durée indéterminée. Le Premier ministre israélien n’a pas attendu le terme de l’injonction pour en rajouter une couche verbale des plus affligeantes.

Ce mardi 20 mars, lors d’une conférence consacrée au développement du sud de son pays, Benyamin Netanyahou affirmait que les migrants africains étaient plus dangereux que la menace jihadiste. Défendant la barrière électronique établie le long de la frontière avec l’Égypte, il assure que sans cette installation, les Israéliens seraient « confrontés à de graves attaques de terroristes du Sinaï, et pire, à une arrivée massive de migrants africains illégaux ».

Vague d’indignation sans surprise

Si les propos du Premier ministre ont suscité une vague d’indignation, ils n’ont guère surpris. Ce n’est pas la première fois que ce responsable confie sa crainte des flux arabes et africains. Une appréhension qui a moins à voir avec la sécurité menacée par les jihadistes qu’avec les questions identitaires. « Nous parlons d’un État juif et démocratique, mais comment assurer qu’il reste juif avec 50 000 ou 100 000 migrants par an ? », s’interrogeait Netanyahou, évoquant le risque de « fermer la baraque », le jour où la somme des migrants atteindrait « un million, un million et demi ».

Selon le ministère de l’Intérieur, ce sont aujourd’hui 42 000 migrants africains qui vivent dans cette république de presque 9 millions de citoyens. La majorité des clandestins mis à l’index s’est effectivement infiltrée par la frontière poreuse avec le Sinaï égyptien et ceci essentiellement depuis 2007. Des centres de rétention temporaires ont été ouverts dans le sud. La barrière électronique chère à Netanyahou s’étend, depuis 2014, sur 242 kilomètres, de la zone de la bande de Gaza à la ville d’Eilat. Elle a été citée en exemple par un adepte des murs anti-migrants : Donald Trump…

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte