Sécurité

Congo-Brazzaville : le retour à la normale dans la région du Pool se précise

Frédéric Bintsamou, alias Pasteur Ntumi, en décembre 2008 dans le Pool. © Vincent Fournier/J.A.

Le calme semble être revenu dans la région du Pool, qui fait face à une crise sécuritaire depuis avril 2016. Derniers signes d'apaisement, les opérations de désarmement des miliciens Ninjas Nsiloulous du pasteur Ntumi devraient débuter le 5 avril et l'axe routier principal a été rouvert à la circulation mercredi.

Clameur de joie, tams-tams… Des scènes de liesse ont éclaté ce 21 mars dans le village de Missafou, dans la région du Pool (Sud), au passage du convoi composé de vingt véhicules transportant officiels locaux et membres de la Commission ad hoc mixte paritaire (Camp), créée afin de veiller à la bonne application de l’accord de cessez-le-feu et de cessation des hostilités dans le Pool, signé le 23 décembre 2017.

Le convoi a ainsi rouvert la route Brazzaville-Kinkala-Mindouli-Kindamba, fermée depuis un an et demi pour cause d’insécurité dans la région du Pool. Au sein de la délégation, des membres de la Camp, le préfet, le président du Conseil départemental, les chefs de la gendarmerie et de la police du Pool.

Les officiels ne sont pas venus les mains vides. Douze gros camions chargés de produits de première nécessité (farine, huile, allumettes, etc.) à destination des habitants de la région faisaient également partie du convoi.

La population satisfaite, mais « jusqu’à quand ? »

Un soulagement pour les habitants du Pool, isolés depuis de nombreux mois, note Alain Robert Moukouri, secrétaire exécutif de Caritas Congo. « Nos équipes circulent à nouveau dans le département et nous observons le début du retour des populations dans les villages, notamment les personnes qui s’étaient réfugiées au point d’accueil de Mbanza-Ndounga. La population est satisfaite, mais la question qu’ils se posent est : « Jusqu’à quand ? », car le pasteur Ntumi n’est pas encore sorti de la forêt. Tous souhaitent le retour d’une paix durable. »

En effet, le pasteur Ntumi n’est pas encore sorti de sa retraite dans la forêt malgré la signature des accords de paix. « La réouverture de la route était très importante économiquement, surtout pour les mères de famille, qui peuvent à nouveau faire leur petit commerce, qui de manioc, qui des bananes plantain dont le Pool est une région productrice », souligne un élu local, qui préfère garder l’anonymat. « La population et certains Ninjas sont très heureux ; d’autres, qui profitaient de la situation d’isolement pour faire des affaires, sont un peu nerveux. Il faudra du temps », pointe-t-il.

Désarmement des miliciens

Autre signal de normalisation dans la région du Pool, le 20 mars, la commission paritaire a annoncé lors d’une cérémonie à Kinkala, chef-lieu du département, que les opérations de ramassage et de rachat des armes des anciens des Ninjas Nsiloulous, les miliciens du pasteur Ntumi, devraient démarrer le 5 avril, pour une durée d’un mois. La collecte sera organisée sur quatorze sites disséminés dans le département.

En vertu des accords de paix du 23 décembre, le pasteur Ntumi – Frédéric Bintsamou – s’était engagé à « faciliter le ramassage des armes détenues par les ex-combattants », et le gouvernement à garantir « le processus de démobilisation, de réinsertion professionnelle, sociale et économique des ex-combattants après le ramassage des armes ».

« J’attends la réalisation effective de ces mesures », commente, peu prolixe, Mgr Louis Portella, l’évêque de Kinkala, qui est monté au créneau à plusieurs reprises pour attirer l’attention sur la situation humanitaire de la population.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte