Politique

Tchad : Idriss Déby annonce la « naissance » d’une 4e République

Idriss Déby Itno, au Palais présidentiel le 18 janvier 2017. © Vincent Fournier/JA

Le président tchadien Idriss Déby Itno a annoncé lundi 19 mars la « naissance » d’une 4e république, à l’ouverture d’un forum sur les réformes institutionnelles. Un rendez-vous boycotté par l’opposition, qui estime que l’initiative vise à « prolonger le régime » d’Idriss Déby.

« Point n’est besoin de rappeler que l’exercice auquel vous êtes conviés est capital. Il s’agit de la naissance de la 4e République », a-t-il déclaré au palais présidentiel, à l’ouverture du forum national sur les réformes institutionnelles – les premières depuis l’adoption de la Constitution de 1996.

Le forum, qui a débuté lundi et s’achèvera le 27 mars, s’est ouvert avec plus de 700 participants. Parmi eux figurent l’ancien président tchadien Goukouni Weddeye, des chefs religieux traditionnels, des membres du gouvernement et de la diaspora.

Vers un mandat présidentiel allongé

Ce forum devrait aboutir à un allongement de la durée du mandat présidentiel de 5 à 7 ans, renouvelable une fois, à la création d’un Sénat ou encore à la refonte des régions.

Selon Idriss Déby, « si nous estimons que la fédération ou la régionalisation est le schéma idéal qui convient à notre pays, il ne faut avoir aucune crainte de nous engager sur cette voie et de vivre de nouvelles expériences ».

Invités à participer à la préparation du forum, l’opposition et une partie de la société civile ont décidé de le boycotter. « Ce forum est un lieu privilégié pour Déby de prolonger son régime. On fait du surplace », a déclaré à l’AFP par téléphone depuis Libreville l’ex-candidat à la présidentielle de 2016, l’opposant Saleh Kebzabo.

« Les Tchadiens ne mangent pas à leur faim »

« Les problèmes du Tchad sont ailleurs. Les Tchadiens ne mangent pas à leur faim, les enfants ne vont pas à l’école… Quand va-t-on réformer en profondeur tout le système ? », a-t-il ajouté, précisant que la corruption mine le pays : « on aurait aimé la création d’une commission des biens mal acquis ».

En novembre, le président tchadien a été cité par la justice américaine dans une affaire de pot-de-vin, qui implique aussi l’ancien ministre sénégalais Cheikh Tidiane Gadio.

Un contre-forum de la société civile ?

Une partie de la société civile envisage d’organiser un contre-forum le 23 mars, avec « au moins une dizaine d’organisations ». Il « consistera à étaler au grand jour les objectifs voulus par Déby lors de ce forum », a expliqué à l’AFP par téléphone Mahamat Nour Ibedou, président de la Commission tchadienne des droits de l’homme (CTDDH).

Le Tchad a été durement frappé par la chute du prix du baril en 2014, contraignant le gouvernement à adopter des mesures d’austérité. Celles-ci ont entraîné deux mois de grève des fonctionnaires, qui s’est conclue la semaine dernière par un accord syndicats-gouvernement.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte