Elections

Sierra Leone : un second tour pour les deux principaux candidats à la présidentielle

Une électrice dans un bureau de vote à Freetown, ce mercredi 7 mars 2017, pour le scrutin présidentiel. © REUTERS/Olivia Acland

Les candidats à l'élection présidentielle des deux principaux partis en Sierra Leone ont remporté chacun plus de 40 % des voix, confirmant la forte probabilité d'un second tour, selon les premiers résultats partiels publiés samedi par la Commission électorale.

Les habitants de ce pays pauvre d’Afrique de l’Ouest gangrené par la corruption se sont déplacés en nombre mercredi pour élire leurs nouveaux président et vice-président, membres du Parlement et conseillers locaux.

Si aucun des 16 candidats à la présidentielle n’obtient 55 % des voix, un second tour doit être organisé deux semaines après la proclamation des résultats du premier, une hypothèse d’autant plus probable que le sortant, Ernest Bai Koroma, ne pouvait se représenter, après deux mandats de cinq ans.

« Des résultats partiels »

Son parti, l’APC, représenté par son ministre des Affaires étrangères Samura Kamara, faisait la course en tête, suivi de peu par celui du principal parti d’opposition, le SLPP, l’ancien général Julius Maada Bio, selon les premiers résultats publiés par la Commission électorale nationale (NEC), portant sur 25 % des bureaux de vote dans chaque province.

Sur 653.981 voix, M. Kamara en obtient 44,6 % et M. Bio 42 %, selon un communiqué de la NEC, rappelant que « ces résultats sont partiels » et que d’autres seront publiés par tranches de 25 %, jusqu’aux résultats complets.

Un ancien cadre du SLPP, Kandeh Yumkella, qui se présente au nom d’une nouvelle formation, la Grande coalition nationale (NGC), est crédité pour sa part de 6,6 % des voix dans cet échantillon.

Un bilan contrasté

En cas de second tour, il pourrait jouer le rôle d’arbitre entre les deux partis qui se succèdent au pouvoir depuis l’indépendance en 1961.

Le bilan de l’administration sortante est contrasté. Si elle est parvenue à attirer les investisseurs pour reconstruire le pays dévasté par la guerre civile (1991-2002) qui a fait quelque 120.000 morts, l’économie reste dans un état préoccupant après les chocs de l’épidémie d’Ebola en 2014-2016, de la chute des cours mondiaux des matières premières et la corruption a continué à prospérer.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte