Politique

Arabie saoudite : Mohammed ben Salmane s’accorde avec l’Égypte pour lancer des « projets conjoints »

Le prince héritier, Mohammed ben Salmane, lors d'une réunion du Conseil de coopération du Golfe (CCG) le 27 avril 2017 à Riyad. © Uncredited/AP/SIPA

Arrivé au Caire ce dimanche, dans le cadre de sa toute première tournée à l'étranger depuis sa désignation en juin, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane s'est notamment mis d'accord avec le président égyptien pour lancer des « projets conjoints », notamment sur des investissements touristiques.

Mohammed ben Salmane a été accueilli dimanche 4 mars, pour une visite de deux jours, par le président Abdel Fattah al-Sissi à l’aéroport international du Caire, où un tapis rouge a été déroulé au pied de son avion. Peu avant, des avions de combat avaient escorté l’appareil de la délégation saoudienne à son entrée dans l’espace aérien égyptien, a indiqué sur Twitter Bader al-Asaker, directeur de cabinet du prince.

Le président Sissi a reçu Mohammed ben Salmane au palais présidentiel en banlieue du Caire, où des rencontres entre des délégations des deux pays ont également eu lieu dimanche, a indiqué le porte-parole de la présidence, Bassam Radi.

Cet accueil reflète la relation étroite qui lie Ryad au Caire, qu’il considère comme une pierre angulaire de la stabilité régionale notamment depuis la destitution par l’armée du président islamiste Mohamed Morsi en 2013.

Les deux pays collaborent sur d’importants dossiers régionaux, comme la guerre au Yémen et le blocus du Qatar, dans le but notamment de contrer l’influence de l’Iran, grand rival de l’Arabie saoudite au Moyen-Orient.

De nouveaux « projets conjoints » prévus

Les discussions ont porté sur les moyens permettant de renforcer les relations économiques bilatérales, selon un communiqué. Les deux dirigeants se sont également mis d’accord pour « lancer de nouveaux projets conjoints […], notamment dans le secteur des investissements touristiques autour de la mer Rouge ».

Sur le plan politique, les deux dirigeants se sont par ailleurs accordés sur le fait de « poursuivre leurs efforts communs en vue de trouver des solutions politiques aux différents conflits » dans la région, et à affronter les « dangers et défis » comme « le terrorisme et les pays qui le soutiennent », a précisé le texte.

En 2015, lors d’une visite du roi Salmane au Caire, les deux pays avaient convenu de la rétrocession à l’Arabie saoudite de deux îlots situés en mer Rouge, provoquant une vague de protestations en Égypte.

Abdel Fattah al-Sissi a ratifié cet accord en 2017 et, ce samedi 3 mars, la Haute cour constitutionnelle égyptienne a levé tous les obstacles juridiques à cette rétrocession.

Sissi candidat à sa propre succession

Mohammed ben Salmane arrive au Caire moins de trois semaines avant la réélection attendue de Sissi, qui part grand favori.

« Sa visite sera interprétée comme la preuve que Ryad continuera de soutenir Sissi pendant le prochain mandat », a expliqué à l’AFP Mostafa Kamel al-Sayed, professeur de Sciences politiques à l’université du Caire.

Sur le plan intérieur, Mohammed ben Salmane, nommé prince héritier en juin par son père, le roi Salmane, en écartant ses rivaux, cherche à consolider son pouvoir dans le royaume, premier exportateur mondial de pétrole.

Il doit s’envoler ce mercredi 7 mars pour la Grande-Bretagne, avant de se rendre aux États-Unis dans le courant du mois.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte