Diplomatie

Égypte : la Haute cour constitutionnelle lève les obstacles juridiques au transfert de deux îlots à Riyad

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi en décembre 2017. © Alexander Zemlianichenko/AP/SIPA

Le gouvernement avait annoncé en avril 2016 un accord sur la rétrocession à Riyad de Tiran et Sanafir, deux îlots inhabités dans la mer Rouge. Cette décision avait soulevé une vive controverse dans le pays et déclenché des manifestations contre le régime.

Le président Abdel Fattah al-Sissi avait ratifié en juin le transfert des deux îlots, après plusieurs jugements contradictoires à ce sujet.

Samedi, la Haute cour constitutionnelle a invalidé ces jugements – l’un favorable et un autre opposé au projet –, selon le site du journal d’État Al-Ahram.

Cette décision met ainsi fin à la saga judiciaire et entérine le transfert des deux îlots à Riyad.

Le prince héritier saoudien est attendu au Caire

Dimanche, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane est attendu au Caire pour une visite de deux jours dans le cadre de sa première tournée à l’étranger depuis sa nomination.

Situées stratégiquement à l’entrée du golfe d’Aqaba, Tiran et Sanafir permettent de contrôler l’accès au port israélien d’Eilat grâce au détroit de Tiran.

Les autorités égyptiennes justifient la rétrocession en expliquant que les deux îles, situées près de la pointe sud de la péninsule du Sinaï, appartenaient à l’Arabie mais que Ryad avait demandé en 1950 au Caire d’en assurer la protection.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte