Politique

Côte d’Ivoire : Souleymane Diarrassouba remplace Jean-Claude Brou au ministère des Mines

Souleymane Diarrassouba va assurer l'intérim du ministère des Mines et de l'Industrie en Côte d'Ivoire. © Bruno Levy pour JA

Le ministre ivoirien du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME, Souleymane Diarrassouba, a été choisi par le Premier ministre et le chef de l'État pour assurer l'intérim du ministère des Mines et de l'Industrie, son collègue Jean-Claude Brou ayant pris ce jeudi ses fonctions à la commission de la Cedeao.

La présidence ivoirienne a rendu public ce jeudi 1er mars à la mi-journée le nom du successeur de Jean-Claude Brou au ministère des Mines et de l’Industrie. Il s’agit de Souleymane Diarrassouba, actuel ministre du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME. Mais alors qu’Abidjan laissait courir la rumeur d’un large remaniement gouvernemental, il ne s’agit finalement que d’un « réaménagement technique », Souleymane Diarrassouba n’écopant que d’un simple intérim.

« Le choix de Souleymane Diarrassouba n’est pas fortuit. Il connaît les dossiers de ce secteur et fait partie des hommes de confiance du Premier ministre [Amadou Gon Coulibaly, ndlr] », croit savoir un proche du chef de l’État.

À 47 ans, cet ancien banquier a dirigé la Banque Atlantique Côte d’Ivoire (Baci), avant de se faire élire, en 2011, tout juste à 40 ans, à la tête de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers de Côte d’Ivoire.

Ancien vice-gouverneur de Yamoussoukro, Souleymane Diarrassouba avait fait son entrée au gouvernement en janvier 2017 à la place de Jean-Louis Billon, héritier de l’empire agro-industriel Sifca.

Dossiers sensibles pour Jean-Claude Brou

De son côté, Jean-Claude Brou a pris, ce jeudi 1er mars, la succession de Marcel de Souza à la présidence de la commission de la Cedeao, comme il en avait été convenu lors du 48e sommet de l’institution ouest-africaine, le 16 décembre 2017 à Abuja.

Durant les quatre années que durera son mandat, ce technocrate, passé par le FMI (1982-1991), la BCEAO (2000-2008) et la Banque mondiale (2010-2013), devra gérer des dossiers sensibles, au premier rang desquels l’intégration du Maroc à la Cedeao.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte