Sport

Sénégal : Moussa Sow, un passage à vide inquiétant à l’approche du Mondial 2018

Le Sénégalais Moussa Sow (gauche) à la lutte avec le Zimbabwéen Elisha Muroiwa lors de la dernière Coupe d'Afrique des nations, à Franceville, au Gabon, le 19 janvier 2017. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Transféré à Bursaspor (Turquie), l'expérimenté buteur sénégalais (45 sélections, 18 buts) traverse une mauvaise passe, déjà perceptible alors qu’il évoluait aux Émirats arabes unis.

Au Sénégal, tout ce qui concerne les Lions de la Teranga, surtout une année de Coupe du monde, prend vite de l’importance. L’équipe d’Aliou Cissé, lequel se trouve actuellement Russie, ne jouera que le 19 juin face à la Pologne, mais tout ce qui concerne l’état de santé ou les performances de ses internationaux est scruté de très près. C’est notamment le cas de Moussa Sow.

L’ancien attaquant de Lille, qui est un des cadres de la sélection, auteur d’un but lors des qualifications, a rejoint en janvier dernier Bursaspor et le championnat de Turquie, beaucoup plus relevé que celui des Émirats arabes unis.

Son dernier but remonte au 14 octobre 2017

C’est avec le Shabab Al-Ahli Dubaï, que Sow (32 ans), a inscrit son dernier but, lors d’un match face à Emirates Club (4-0), disputé le 14 octobre 2017. Lors du mercato estival, le Sénégalais avait décidé de répondre aux sollicitations de Bursaspor, entraîné par Paul Le Guen, l’ancien sélectionneur du Cameroun – et dont la position est fragilisée par les mauvais résultats actuels – afin d’évoluer dans un championnat qu’il avait longuement fréquenté lorsqu’il jouait au Fenerbahce Istanbul (2012-2015 et 2016-2017).

À Bursaspor, Sow, que Jeune Afrique n’est pas parvenu à joindre, a été perturbé par une blessure à un genou, l’obligeant à retourner quelques jours à Dubaï afin de se faire soigner par le médecin d’Al-Ahli. Mais deux mois après son arrivée en Anatolie, l’attaquant joue peu dans une équipe qui se traîne à la douzième place de la Süper Lig : trois matches, dont un en Coupe de Turquie, et 152 minutes en championnat. Sa dernière apparition remonte au 27 janvier, lors d’une défaite à Alanyaspor (1-3).

Pour Lamine Diatta, l’ancien capitaine des Lions de la Teranga dont il est l’actuel manager, pas de raisons de s’alarmer

Pour Lamine Diatta, l’ancien capitaine des Lions de la Teranga dont il est l’actuel manager, il n’y a cependant pas de raisons de s’alarmer. « Nous sommes fin février, la Coupe du monde commence dans trois mois et demi. C’est encore loin. Il y a un groupe qui s’est qualifié, un groupe qui vit bien. Moussa Sow marque peut-être moins de buts en ce moment, mais on connaît ses qualités de buteur [76 buts avec Fenerbahce, 39 avec Lille, 22 avec Rennes, 17 avec Al-Ahli et 11 avec Sedan, toutes compétitions confondues, NDLR]. C’est souvent comme ça avant un grand tournoi : si un joueur important traverse une période un peu plus compliquée, certains vont chercher à vouloir trouver des problèmes, à dire qu’il n’a plus sa place, qu’il faut appeler quelqu’un d’autre, etc… Mais à la fin, c’est le sélectionneur qui prendra les décisions », ironise l’ex-quart de finaliste de la Coupe du monde 2002.

Reste que la mauvaise passe de Sow coïncide avec la bonne forme de Demba Ba, qui a profité du mercato estival pour quitter la Chine afin de rejoindre lui aussi la Turquie (Göztepe Izmir), où il a déjà inscrit deux buts, un élément n’ayant pas échappé à la presse sénégalaise.

Un joueur expérimenté et apprécié dans le groupe

Les questions entourant la situation de Sow ont appelé une réaction de Régis Bogaert, l’adjoint d’Aliou Cissé. « Moussa s’est blessé au genou en arrivant à Bursaspor. Il faut donc qu’il se remette totalement de sa blessure. Le coach profitera du regroupement de mars et des matches amicaux face à l’Ouzbékistan (23 mars à Casablanca) et à la Bosnie-Herzégovine (27 mars, probablement au Havre) pour avoir des discussions avec les joueurs. Nous sommes fin février : il y a des joueurs blessés, d’autres qui reviennent de blessure, d’autres qui jouent moins… Aliou fera un premier point avec les en mars. »

Le sélectionneur des Lions, quand il s’agira d’établir la liste des vingt-trois joueurs retenus pour disputer la Coupe du monde, devra tenir compte des états de forme des uns et des autres, mais aussi être attentif à l’équilibre de son groupe. « Sow est un élément important de la sélection. Il est apprécié, il apporte son expérience et on ne peut pas mettre en cause son implication. Cissé en est conscient. Maintenant, si Sow n’a pas beaucoup de temps de jeu à Bursaspor d’ici au mois de mai, cela pourrait devenir problématique. Il y a encore deux mois et demi de compétition en club, les matches de la sélection en mars, les choses peuvent encore bouger », souffle un proche de la sélection. Cissé est réputé pour privilégier le collectif aux statuts. La liste qu’il communiquera pour les matches amicaux de mars donnera déjà une première indication…

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier