Environnement

Assèchement du lac Tchad : le retour du projet Transaqua fait polémique

Aux abords du lac Tchad en mars 2015. © Jérôme Delay/AP/SIPA

Une conférence internationale sur la sauvegarde du lac Tchad s'est achevée mercredi à Abuja, au Nigeria. Les discussions sur l'avenir de ce bassin menacé par l'insécurité et la sécheresse, ont été marquées par la relance du projet controversé de remplissage du lac par transfert des eaux du bassin du Congo. Une entreprise colossale, envisagée de longue date, mais qui divise.

Le projet intrigue autant qu’il fascine. Abuja accueillait, du 26 au 28 février, une conférence consacrée à la préservation du lac Tchad. Réunis autour d’experts scientifiques, les présidents des quatre pays frontaliers (Nigeria, Niger, Tchad et Cameroun) devaient échanger sur de potentielles solutions pour stopper l’assèchement du bassin, également menacé par l’insurrection des jihadistes de Boko Haram.

Ces discussions ont été marquées par la renaissance d’un projet vieux de plus de 30 ans, le très controversé Transaqua.

14 milliards de dollars

Au début des années 1980, pour faire face à la peur d’un assèchement du Lac Tchad découlant des sécheresses et famines qui avaient frappé la région une décennie plus tôt, la société italienne Bonifica avance l’idée d’un remplissage du lac par transfert des eaux du bassin du Congo vers le fleuve Oubangui et jusqu’au Chari qui alimente le lac Tchad.

Une entreprise pharaonique qui laisse géographes et experts perplexes sur les possibles conséquences environnementales d’un tel projet, que le gouvernement congolais ne souhaitait pas voir aboutir.

Ce projet titanesque, basé sur la construction d’un canal de 2.400 km, qui partirait de la République démocratique du Congo et passerait par la Centrafrique pour se jeter dans le Lac Tchad, fait donc aujourd’hui son retour.

« Ce transfert inter-bassins n’est pas une option mais une nécessité. Nous sommes confrontés à la possibilité d’une disparition du lac Tchad, ce qui serait catastrophique pour tout le continent africain », estime Sanusi Abdullahi, le secrétaire exécutif de la Commission du bassin du lac Tchad, en charge de coordonner les actions touchant aux eaux du bassin.

Le budget est évalué à 14 milliards de dollars. Bonifica, porteur du projet d’origine, s’est associé au géant chinois de l’énergie Power China, déjà présent sur le continent, où il a notamment construit le barrage hydroélectrique de Memve’ele, au Cameroun. Une étude de faisabilité est en cours, mais ses conclusions n’ont pas encore été finalisées.

Sanctuaire de Boko Haram

Transaqua n’a jamais cessé de fasciner. La sortie, en 2006, du documentaire de l’ancien candidat à l’élection présidentielle américaine Al Gore, Une vérité qui dérange, a contribué à médiatiser la question de la sauvegarde du bassin. Le film comprenait notamment des images de la Nasa, sujettes à débat depuis, démontrant une diminution de la superficie du Lac Tchad de 90 % en 40 ans.

En 2010, la Commission du bassin du lac Tchad avait mandaté une société canadienne pour relancer le projet. Les résultats n’ont jamais été publiés, mais pour Christian Seignobos, directeur de recherche émérite à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), le discours alarmiste sur la disparition du lac Tchad n’est pas pleinement fondé.

« La superficie de ce lac change sans arrêt car il est très peu profond et extrêmement tributaire des précipitations et des afflux du Chari. C’est un endroit impossible à cartographier », explique-t-il. « De plus, pour la région, la diminution des eaux et le passage à une configuration en petits lacs a libéré des terres fertiles, ce qui a permis le développement d’une activité agricole pour des population qui ont appris à exploiter cette surface. Remplir la lac et faire disparaître ces espaces aurait des conséquences calamiteuses pour ces populations », poursuit le chercheur.

La relance de ce projet intervient alors que les chefs des États frontaliers du lac Tchad sont confrontés à un contexte sécuritaire extrêmement délicat. « La vraie menace, c’est Boko Haram. Ils ont su profiter de la baisse des eaux pour se terrer dans les zones marécageuses et ruiner l’activité agricole. Mais il n’y a pas de raisons que le remplissage du lac Tchad repousse cette menace », estime Roland Pourtier, président de l’Association des géographes français et l’un des coordonnateurs de l’Atlas du lac Tchad. « L’intérêt de ce projet est probablement en partie financier » poursuit-il.

Souvent présentée comme le sanctuaire de l’organisation terroriste, la région du lac Tchad est confrontée à une grave humanitaire. Plus de 2 millions d’habitants ont été forcées de fuir et près de onze millions de personnes ont besoin d’assistance, selon l’ONU.

 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte