Sport

Hubert Velud : « L’USM Alger est en avance sur ses rivaux »

Hubert Velud : "Il y a un vrai projet sportif à l'USMA". © DR

Champion d’Algérie 2013-2014 avec l’USMA, après l'avoir été avec l'ES Setif en 2012-2013, Hubert Velud (54 ans) a décidé de prolonger d’un an son contrat avec les Rouges et Noirs... malgré des offres plus lucratives en Arabie saoudite et l’intérêt du Togo. Il explique pourquoi.

Jeune Afrique : Vous aviez des propositions financièrement plus intéressantes dans le Golfe Persique. Pourquoi avoir décidé de rester à l’USMA ?

Hubert Velud : Tout simplement parce qu’il y a un vrai projet sportif à l’USMA. Oui, j’aurais pu gagner plus d’argent en Arabie Saoudite, à Al-Raed ou Al-Fateh. Mais la perspective de disputer la Ligue des Champion africaine, de défendre le titre obtenu cette saison et de participer à la construction du club, ce sont autant d’arguments qui ont fait la différence.

Y-a-t-il un monde d’écart entre l’USMA et les autres clubs algériens, au niveau des structures et de l’organisation notamment ?

Un monde, peut-être pas, car il y a des clubs algériens qui travaillent très bien. Mais dire que l’USMA est en avance sur ses rivaux, sans aucun doute ! Le président Ali Haddad a la volonté de construire un club de haut niveau, à l’échelle nationale bien sûr, mais également continentale. L’USMA est un club bien structuré, bien organisé. On s’entraîne et on joue dans notre stade de Bolorine, qui appartient à l’USMA. Les conditions de travail sont dignes de celles d’un club européen. Je dispose d’un staff médical fourni et compétent, nous avons une salle de musculation, des moyens vidéo modernes.

Le staff et les joueurs sont-ils payés régulièrement, ce qui est loin d’être toujours le cas en Algérie ?

Absolument ! Les salaires sont payés rubis sur l’ongle. Et pour tout le monde, c’est l’assurance de pouvoir travailler sereinement, sans perdre du temps et de l’énergie à aller réclamer ses salaires.

Ali Haddad est-il un président interventionniste ?

Non, car il est très occupé par ses affaires. Il y a un coordinateur général qui gère le club au quotidien, mais M. Haddad est tout de même très concerné par la gestion du club. Par contre, et cela est très appréciable pour un entraîneur, il me laisse mettre en place mes idées et mes méthodes.

Quelles sont ses ambitions ?

Il veut faire de l’USMA un des meilleurs clubs d’Afrique, et le doter d’un vrai centre de formation. Et Ali Haddad souhaite également renforcer intelligemment l’équipe en vue de la Ligue des Champions 2015, où il souhaite que son équipe figure le mieux possible, en atteignant la phase de poules. Nous avons des pistes pour recruter des joueurs non seulement en Afrique, mais aussi en France. Mais 80 % de l’effectif actuel sera encore là à la saison prochaine.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte