BTP & Infrastructures

Necotrans se rattrape sur le terminal polyvalent de Kribi

| Par
Necotrans est présent dans 30 pays africains. DR

Necotrans est présent dans 30 pays africains. DR ©

Associé au camerounais KPMO, le groupe logistique français a été admis au dialogue de préqualification, en compagnie du danois APM Terminals et du philippin ICTSI. Necotrans a en revanche échoué sur le terminal à conteneurs de Kribi où son rival Bolloré vient d’être retenu.

Necotrans n’a pas mis longtemps à se remettre de sa déception. Après ses échecs sur les terminaux à conteneurs d’Abidjan, Lomé et Conakry, le groupe logistique français a raté le 31 octobre l’admission dans le groupe de prétendants au dialogue de pré-qualification en vue de la gestion du terminal à conteneurs du futur port en eau profonde de Kribi.

Six jours plus tard, le consortium formé par Necotrans et KPMO (voir l’encadré ci-dessous) figure parmi les trois opérateurs retenus pour le dialogue se rapportant cette fois à l’exploitation du terminal polyvalent de la cité balnéaire du sud Cameroun.

Compter avec les nationaux

Pour participer au partage du gâteau portuaire de Kribi, des nationaux, manutentionnaires pour la plupart, se sont constitués en groupement l’année écoulée, dès le déclenchement du processus de mise en concession du terminal polyvalent.

C’est ainsi qu’est né KPMO qui regroupe neuf membres revendiquant 75 % du débarquement des marchandises au port de Douala (APM, 2M, Transimex, Sapem, 3T Cameroun, Cam-Transit, Copem, STAR et GOS).

L’entité prend immédiatement attache avec Necotrans pour former un consortium. « Nous sommes également en pourparlers avec les postulants à la gestion du terminal à conteneurs, afin d’entrer dans le capital de celui qui sera désigné », indique Gabriel Manimben, le président de KPMO et patron d’APM.

Des cinq postulants de départ, il n’en reste plus que trois. La Commission de présélection n’a donc pas retenu les offres de la Société d’exploitation des Ports-Marsa (Maroc) et du Groupement Sea Invest/CLGG (Belgique).

Après notification des modalités pratiques du dialogue par le Comité de pilotage et de suivi de la réalisation du complexe industrialo-portuaire de Kribi, le consortium Necotrans/KPMO devra donc ferrailler avec le danois APM Terminals et le philippin International Container Terminal Services (ICTSI).

Ces derniers sont également aux prises avec Bolloré Africa Logistics sur le terminal à conteneurs.

BAL prend en quelque sorte sa revanche. Après avoir remporté un premier appel d’offres – déclaré infructueux en février –, le groupe français, qui avait postulé tout seul la première fois, a été admis après avoir constitué un groupement avec l’armateur CMA CGM et le chinois China Harbor Enginering Company (CHEC) qui réalise le complexe portuaire.

Initialement prévu pour juin, le démarrage des activités du port de Kribi, dont les travaux de la première phase ont coûté 287 milliards de F CFA, prend du retard.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte