Économie

Proparco réussit son augmentation de capital et veut s’engager dans la durée

Proparco, la filiale de l’AFD dédiée au secteur privé, a augmenté son capital à près de 700 millions d’euros. Une opération dont le montant atteint 200 millions d’euros, mobilisés auprès de ses actionnaires historiques.

Mis à jour le 6 novembre 2014 à 18:01

Claude Periou a retrouvé en 2012 le poste de directeur général de Proparco, qu’il avait déjà occupé de 2002 à 2006.

En un peu moins de six mois, Proparco, filiale de l’Agence française de développement dédiée à l’accompagnement d’opérateurs privés, a vu son capital passer de 420 millions d’euros à 693 millions.

L’AFD renforce sa position

Au premier semestre 2014, son capital social avait été augmenté de 105 millions d’euros « par incorporation de réserves » pour atteindre 525 millions d’euros. Dans un communiqué publié le 03 novembre, l’institution financière annonce avoir réussi une nouvelle augmentation de capital « de 200 millions d’euros (primes d’émission incluses) ». L’opération, lancée le 28 juin, « a été entièrement souscrite par ses actionnaires actuels et a permis de porter le capital social de Proparco, […] à 693 millions d’euros, et ses fonds propres à 800 millions d’euros ».

Proparco s’engage à ce que 30 % de ses projets aient un impact positif en matière de lutte contre le changement climatique.

À l’issue de ces levées de fonds, l’AFD renforce sa position d’actionnaire majoritaire. L’institution française détient désormais 63 % du capital de Proparco contre 57 % fin 2013. Les organismes financiers français (BNP Paribas, BPCE, Coface, Crédit Agricole, Natixis, Société Générale…) voient leur part passer de 26 % à 22 %. La proportion du capital détenue par les entreprises financières internationales (12 %) et françaises (3 %) ainsi que les institutions éthiques (1%) restent quasi similaires.

Nouvelle stratégie

« Les fonds levés dans le cadre de cette opération doteront l’institution de moyens financiers supplémentaires pour mettre en œuvre sa nouvelle stratégie 2014-2019 et élargir son action auprès du secteur privé des pays émergents et en développement », affirme l’institution financière dans son communiqué.

Cette « nouvelle stratégie », adoptée début mai, s’articule autour de « la promotion d’une économie respectueuse de l’environnement et sobre en carbone – 30 % des projets auront un impact positif en matière de lutte contre le changement climatique -, et le soutien à des modèles de croissance bénéficiant au plus grand nombre ».

Lire aussi : 

La France réduit (encore) le budget de son aide au développement

Proparco : Claude Périou revient à la maison

L’AFD annonce une année 2013 record en Afrique subsaharienne

Pascal Canfin : « Notre politique de développement doit soutenir l’innovation en Afrique »

Dans son communiqué, la filiale de l’AFD affirme qu’elle maintiendra « une priorité forte en faveur du continent africain, qui bénéficiera de 3 milliards d’euros de financement supplémentaires d’ici à 2018 dans le cadre des engagements de la France annoncés lors du sommet Afrique-France de décembre 2013 ». 

Innovation et économie inclusive

Il faut noter cependant que « la stratégie 2014-2019 » de Proparco implique de subtils modifications dans le mode de fonctionnement de Proparco.

Premièrement, et en écho aux « dix propositions pour une nouvelle approche de l’aide publique au développement », un rapport d’Emmanuel Faber, directeur général de Danone, et du Sud-Africain Jay Naidoo, président de l’ONG GAIN, commandité par Pascal Canfin – alors ministre délégué au Développement – et rendu public en juin dernier, la filale de l’AFD annonce vouloir s’attacher à « développer une offre plus innovante et à plus forte valeur ajoutée », en réorientant son activité vers « davantage d’opérations en fonds propres et quasi fonds propres, indispensables pour soutenir la croissance des acteurs privés ».

Cette nouvelle stratégie mise également sur davantage d’intervention « aux côtés d’entreprises relevant de l’économie inclusive » et d’opérations en monnaie locale. L’institution française s’engage également à accompagner ses clients « dans la durée, à toutes les étapes de leurs projets, en les appuyant dans l’amélioration de leur performance environnementale et sociale et vers une plus grande contribution au développement ».

>>> Voir aussi : Critiquées, les agences de développement montent au créneau

Avec un bilan proche de 4 milliards d’euros et un portefeuille de 350 clients, Proparco est l’une des principales institutions financières de développement européennes dédiées au financement du secteur privé.