Automobile

Algérie : Renault inaugure son usine à Oran

L'usine Renault d'Oran est détenue à 49 % par le constructeur français.

L'usine Renault d'Oran est détenue à 49 % par le constructeur français. © AFP

Le constructeur français Renault inaugure près d'Oran une usine qui va produire la première voiture sortie d'une usine algérienne.

Le constructeur français Renault a inauguré lundi en grande pompe près d’Oran (ouest) une usine qui va produire la première voiture sortie des chaînes de montage algériennes, témoignant d’un renouveau des relations entre les deux pays. Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius et son collègue de l’Economie Emmanuel Macron se sont rendus en Algérie pour participer à cette cérémonie à Oued Tlelat, aux côtés du Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal et de plusieurs membres de son gouvernement, a constaté un journaliste de l’AFP.

Une capacité de production de 25 000 véhicules

Les délégations ont assisté à la sortie de la première voiture des chaînes de montage. Opérée par la société Renault Algérie production, l’usine est détenue à 51% par l’Etat algérien et 49% par le constructeur français et représente l’aboutissement d’un accord signé lors d’une visite à Alger du président François Hollande en décembre 2012. Elle aura dans un premier temps une capacité de production de 25.000 véhicules par an. L’investissement de 50 millions d’euros est appelé à passer à terme à 800 millions d’euros, selon des sources algériennes.

Lire aussi : 

Le projet de Renault en Algérie prend forme

Dossier automobile : ces constructeurs automobiles qui croient en l’Afrique

Jean-Christophe Kugler : « Le Ghana, le Nigeria et l’Angola sont des cibles prioritaires pour Renault »

Algérie : coup de frein pour les importations de véhicules

Elle va produire une version de la voiture Dacia Logan, sous le nom « Renault Symbol », des véhicules destinés au marché intérieur algérien, le deuxième plus grand d’Afrique avec plus de 400.000 véhicules importées chaque année.

Différente de Tanger

Le marché connaît toutefois une baisse qui va atteindre 20 % fin 2014. Il y a eu 324 000 véhicules importées jusqu’à fin septembre pour 4,14 milliards de dollars, contre 439 000 pour la même période en 2013 pour 5,42 milliards de dollars. Le marché a connu un boom exceptionnel en 2012 avec plus de 600 000 véhicules importés pour 7 milliards de dollars.

L’objectif de l’usine d’Oued Tlelat n’est pas le même que celui du site de Tanger, au Maroc voisin, qui a produit 100 000 véhicules en 2013, à 90% pour l’exportation. En sortent des Dacia Lodgy, Dokker et Sandero.

>>> Paul Carvalho perpétue la culture Renault à Tanger

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte