Agroalimentaire

Côte d’Ivoire : le groupe Bolloré investit près de 10 millions d’euros pour booster l’exportation de cacao

Terminal à conteneurs du Port d'Abidjan, Côte d'Ivoire, en mars 2016. © Jacques Torregano/JA

Sur le port d'Abidjan, Bolloré Transport & Logistics a réceptionné de nouveaux équipements qui lui permettront de stocker et d'empoter les fèves de cacao destinées à l'exportation en vrac, une pratique qui revient en force dans le négoce de l’or brun.

Le groupe français Bolloré Transport & Logistics (BTL) a réceptionné le 20 février, sur sa base logistique du port d’Abidjan, un nouvel entrepôt de stockage de 10 000 mètres carrés et une station d’empotage de fèves de cacao destinées à l’exportation. Ces ouvrages, qui représentent un investissement de plus de 6 milliards de francs CFA (9,1 millions d’euros), permettront l’augmentation des exportations en vrac de cacao dans des conditions de qualité.

« Les fèves de cacao en vrac sont de plus de plus prisées par le marché international. La demande est en forte hausse », commente Bruno Marhilet, le directeur général de Bolloré Transport & Logistics Côte d’Ivoire.

Avec le nouvel entrepôt, d’une capacité de 30 000 tonnes, BTL porte à 400 000 mètres carrés ses capacités de stockage sur les ports d’Abidjan et de San Pedro. Un port sur lequel le gouvernement ivoirien, via Amadou Koné, le ministre des Transports, a recommandé à BTL de construire un entrepôt identique à celui qui vient d’être mis en service.

Cet investissement consolidera la place du groupe au cœur du dispositif d’exportation des multinationales du négoce de cacao en Côte d’Ivoire, comme le suisse Barry Callebaul, le français Touton Negoce, l’américain Cargill… Lors de la campagne 2016-2017, BTL avait exporté plus de 900 000 tonnes de cacao dont 700 000 tonnes de fèves.

Politique d’expansion

Le groupe français est concessionnaire du terminal à conteneurs 1 du port d’Abidjan, qui lui permet, selon les statistiques officielles, de collecter plus de 420 milliards de F CFA de recettes fiscales pour le compte de l’État. Il a en outre remporté, en 2013, la concession du deuxième terminal, actuellement en construction, qui représente un investissement de 380 milliards de F CFA de l’État de Côte d’Ivoire. Ce chantier devait initialement être terminé en 2016, mais le démarrage des travaux avait été retardé, faute de financements. BTL et ses partenaires ont prévu un investissement de 160 milliards de F CFA  pour l’installation des équipements et de la logistique.

BTL a prévu de poursuivre son développement dans la métropole ivoirienne avec une deuxième base logistique, dans la nouvelle zone industrielle de Yopougon, où il a récemment acquis un terrain de 40 hectares.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte